JORROT André, Maxime, Stéphane

Par Jean Belin

Né le 5 janvier 1930 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 29 mars 1970 à Dijon ; ouvrier métallurgiste à Dijon ; syndicaliste CGT et dirigeant de l’UD de Côte-d’Or

Fils de Stéphane Jorrot, employé au PLM, et de Marguerite Marie Gauthier, sans profession, André Jorrot, frère de Louis Jorrot, dirigeant CGT, fut élu membre de la commission administrative de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or au 40e congrès d’octobre 1965. Il était chargé de l’activité juridique aux côtés de Roger Moyse et fut candidat sur une liste présentée par la CGT aux élections des conseillers prud’hommes de Dijon en 1961, mais non élu. Il fut secrétaire général adjoint de l’Union Locale CGT de Dijon lors de sa reconstitution en juin 1964, le secrétaire général étant Jean Claude Mathieux. Il fut un des animateurs de la grève de mai juin 1968 aux côtés de son frère Louis Jorrot dans la métallurgie dijonnaise. André Jorrot se maria avec Joséphine Stéphan le 12 avril 1958 à Dijon avec laquelle il eut six enfants. Ouvrier coquilleur dans une fonderie à Dijon, il était domicilié au 10 rue Albert Camus à St-Apollinaire (Côte-d’Or) lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232246, notice JORROT André, Maxime, Stéphane par Jean Belin, version mise en ligne le 21 septembre 2020, dernière modification le 21 septembre 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép. Côte-d’Or, Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD. — Arch. Dép. de Côte-d’Or, état civil. — Mairie de Dijon, état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément