CEPPI Jacques

Par Alain Jury

Né en 1936 ; agent technique EDF ; syndicaliste CGT de l’Ain, secrétaire général du syndicat ouvriers-employés CGT d’EDF GDF de Bourg en Bresse (Ain) (1974-1982), membre du Bureau de l’UD-CGT de l’Ain (1974-1978), membre de la Commission Exécutive de la Fédération Nationale de l’Energie (1979-1986).

Photographie IHS CGT Ain

Né d’un père suisse et d’une mère vendéenne, Jacques Ceppi entra à l’Ecole nationale des métiers EDF de La Pérollière (Rhône) en 1954. À sa sortie de l’école, en 1955 il fut affecté au centre de distribution EDF-GDF de Bourg-en-Bresse comme monteur. Il adhéra à la CGT dès son arrivée. Le 1er janvier 1956 il partit en Algérie faire son service militaire ; il y resta 29 mois. À son retour il réintégra le district d’Ambérieu-en-Bugey (Ain) puis l’équipe de la subdivision, avant d’être muté au district d’Oyonnax (Ain), de juillet 1959 à 1965, où il participa à la restructuration de la section syndicale. Son engagement syndical trouva un prolongement politique par son adhésion au PCF, en 1966.

Jacques Ceppi fut de retour à Ambérieu-en-Bugey comme « agent petites interventions » à partir de décembre 1967. Il militait au sein de la section syndicale et intégra le Comité mixte à la production. Pendant les grèves de mai-juin 1968, il fut élu secrétaire général de l’Union locale d’Ambérieu-en-Bugey, fonction qu’il occupa jusqu’en 1974, date de sa venue à Bourg-en-Bresse et de son élection comme Secrétaire général du syndicat ouvriers-employés CGT d’EDF GDF, en remplacement de Maurice Maître. Il conserva cette responsabilité jusqu’en octobre 1982. Il siégea en Commission secondaire du personnel, en tant que secrétaire à partir du 5 juin 1975, succédant à Daniel Gauthier, et jusqu’à fin 1982.

Jacques Ceppi s’était aussi investi dans les activités sociales, au sein de la CAS dont il fut le vice-président pendant dix ans, de 1973 à 1983. Dans ce cadre, il prit notamment une part active à trois initiatives importantes : en 1976, la construction des locaux du Centre de Loisirs de Péronnas (Ain) ; en 1981, l’acquisition d’une propriété dénommée « La Piatière », à Thoirette (Ain), sur laquelle fut construite une maison familiale inaugurée en 1984.

À la centrale nucléaire de Bugey, avec d’autres militants dont Michel Bourdet, Jacques Ceppi contribua à la mise en place du syndicat CGT.

Son activité interprofessionnelle ne s’arrêta pas à l’UL d’Ambérieu. Il fut élu en 1972 au bureau de l’Union départementale CGT de l’Ain puis en 1974 au secrétariat où il travailla avec Robert Turrel jusqu’en 1978.

Il fut ensuite de plus en plus accaparé par ses responsabilités au sein de la Fédération de l’Énergie. En 1976 il intégra la « sous-commission classement-avancement » de la Commission supérieure nationale du personnel (CNSP). Au congrès fédéral du Touquet en 1979 il fut élu à la Commission exécutive de la Fédération nationale de l’Énergie. Il fut réélu au congrès de Toulouse en 1982. Il laissa son mandat en 1986 mais intégrera alors l’Union fédérale des retraités, jusqu’en 1996. Il effectua aussi un mandat à l’Union confédérale des retraités CGT, de 1988 à 1989.

Jacques CEPPI partit en effet en retraite le 7 novembre 1991, poursuivant son activité syndicale au sein de la section syndicale des retraités EDF-GDF du département de l’Ain, dont il devint le Secrétaire en 1992. Il fut remplacé par Jean-François Julliard en 1998.

Jeanine Ceppi, son épouse depuis 1960, était institutrice.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232406, notice CEPPI Jacques par Alain Jury, version mise en ligne le 25 septembre 2020, dernière modification le 6 octobre 2020.

Par Alain Jury

Photographie IHS CGT Ain

SOURCES : Archives Syndicat CGT EGF Pays de l’Ain-Beaujolais. — Entretien avec l’intéressé, 18 juillet 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément