ROBERT Gustave, Paul

Par Jean-Jacques Doré

Né le 20 novembre 1837 à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort en décembre 1922 à Rouen ; typographe ; fondateur de l’association syndicale des ouvriers typographes de Rouen ; conseiller municipal de Rouen pendant 47 ans ; conseiller général ; conseiller des prud’hommes.

Fils d’un postier qui habitait 33 rue des Bons-Enfants à Rouen, Gustave Robert, au sortir de l’école à 12 ans, entra chez un notaire en qualité de petit clerc. "Il ne s’y plaisait guère et deux ans plus tard, il devint apprenti typographe au Journal de Rouen, rue Saint-Lô. Les conseils éclairés de ses camarades d’atelier, l’intérêt qu’il portait à l’exercice de son métier, firent de lui un jeune ouvrier compétent et passionné par la connaissances des arts graphiques... Soixante et onze années durant, il exerça son métier dans ce même atelier qu’il dirigea à 45 ans en qualité de prote (contre-maître d’atelier d’imprimerie)".

Le 1er octobre 1873, à son initiative fut fondée l’Association syndicale des ouvriers typographes de la ville de Rouen dont il assura la présidence jusqu’en 1880. Son action aboutit en particulier à la création d’une commission arbitrale mixte chargée de fixer les tarifs de main-d’oeuvre le 8 avril 1877 (fixés une première fois en 1877, ils furent révisés en 1882 puis 1896).

Du 30 août au 2 septembre 1881, se tint à Paris, salle de la Redoute le congrès constitutif de la Fédération française des travailleurs du livre. Le syndicat de Rouen représenté par Grenet et Ridel approuva les statuts qui transformaient les syndicats en sections ; Rouen prenait rang comme la 22e section du Livre. Forte de 130 adhérents, Gustave Robert en assura la présidence de 1887 à 1896.

Conseiller des prud’hommes à partir de 1874, il se présenta aux élections municipales de Rouen en 1878 sur la liste du Comité républicain ; élu pour la première fois, il fut constamment reconduit dans ses fonctions jusqu’en 1919, siégeant ainsi pendant 47 ans au Conseil municipal. Il fut également Conseiller général du troisième canton de 1901 à 1922.

Titulaire de nombreuses distinctions (dont la Légion d’honneur) et membre de nombreuses sociétés de bienfaisance, Gustave Robert était ainsi décrit par le Journal de Rouen  : "Cet homme de corpulence moyenne, le cheveu roux, le regard perçant, est resté dénué de toute ambition et n’a jamais été grisé par ses succès pourtant nombreux. Il reste toujours modeste avec ses camarades. Il faut le voir dans cet atelier, vêtu de sa longue blouse bleue, coiffé de son calot noir, prodiguant quelques conseils professionnels à l’un, se préoccupant des soucis familiaux de l’autre, partageant avec tous joies et peines, appelant le respect tant de ses camarades que de la direction".

Gustave Robert mourut en décembre 1922 à l’âge de 85 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232456, notice ROBERT Gustave, Paul par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 27 septembre 2020, dernière modification le 27 septembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Cnt ans d’action syndicale brochure de la 22e section du Livre CGT. — Arch. Com. Rouen, 7 F 3 Syndicats livre navigation. — Le Journal de Rouen, passim. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément