VIOLLET Arthur, Louis

Par Michel Germain

Né le 29 mai 1910 aux Houches (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 13 juillet 1944 à Grenoble (Isère) ; hôtelier ; résistant.

Fils de Henri Félix Viollet, hôtelier aux Houches avec son épouse Marie Constance Vidonne, Arthur Villet avait un frère prénommé Georges*, son cadet de deux ans. Il devint à son tour hôtelier à Lyon (Rhône). Il habitait à Samoëns (Haute-Savoie) au moment des événements ci-dessous.
Dès le début, il entra avec son frère Georges dans la Résistance. Tous deux reçurent l’ordre de se rendre à Londres, ce qui n’était pas une mince affaire. Ils partirent en voiture pour Grenoble, mais ils tombèrent en panne de voiture dans cette ville. Ils se rendirent dans un garage du boulevard Gambetta. Mais ils furent reconnus car, semble-t-il, ils étaient activement recherchés par la Gestapo. Arrêté par la police allemande, ils furent torturés en vain.
Le dossier 3808 W 523 du Fonds pour le Mémorial de l’oppression affirme qu’ils ont été déportés (procès-verbal de Gendarmerie de 1946). Un rectificatif dans le dossier 3808 W 541 relate les découvertes des charniers du chemin des Buttes et du Polygone. Au total, ce sont 40 personnes qui ont assassinées ici par les soldats allemands. On découvre également une photographie des victimes.
Finalement, Georges et Arthur Viollet furent exécutés avec 15 autres personnes le 13 juillet 1944 au Polygone d’artillerie à Grenoble.
L’acte de décès (Grenoble 1081/1944) est daté du 6 décembre jour où sa sœur Hélène Viollet, épouse Burguerand et institutrice à saint-Pierre de Rumilly (Haute-Savoie), vint reconnaître le corps de ses deux frères.
Arthur Viollet fut reconnu « Mort pour la France », selon une instruction du Secrétaire général aux Anciens combattants en date du 3 janvier 1946, et interné résistant. Son nom est inscrit sur les monuments aux Morts de Samoëns et des Houches.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232479, notice VIOLLET Arthur, Louis par Michel Germain , version mise en ligne le 28 septembre 2020, dernière modification le 28 septembre 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 597088 et Caen SHD/ AC 21 P 689436.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément