DUGUET Victorin [DUGUET Ferdinand, Victorin]

Par Jean-Michel Gaillard

Né le 28 juillet 1905 à Saint-Florent-sur-Auzonnet (Gard), mort en octobre 1989 ; mineur ; militant communiste et surtout syndicaliste CGT du Gard.

Issu d’une famille de mineurs de fond, frère d’Élie Duguet, Victorin Duguet entra aux mines de Trélys-Le Martinet (Gard) le 5 juillet 1918 après avoir obtenu le Certificat d’études primaires ; il y restera jusqu’au 31 mai 1929 sauf pendant son service militaire de mai 1926 à mai 1927. Le 3 juin 1930, il se maria au Martinet, quartier de Saint-Florent. Il adhéra à la CGT le 1er janvier 1921, puis à la CGTU et devint le 1er juin 1929 secrétaire du « syndicat régional unitaire des mineurs et similaires du Gard » qui remplaça la « Fédération unitaire des mineurs du Gard et des départements limitrophes », créée le 1er mars 1922 et à laquelle étaient affiliés les syndicats de mineurs de toutes les localités minières du département.
Victorin Duguet adhéra en 1928 au PCF dont il devint un des éléments les plus en vue de la région, écrivant aussi bien dans Le Cri d’Alès, journal local hebdomadaire du rayon communiste fondé en octobre 1933, que dans l’Humanité et participant à diverses actions de son parti comme le Comité alésien d’amnistie pour les quatre inculpés du Reichstag. Membre du bureau du rayon communiste d’Alès, son action fut cependant surtout syndicale et prit une envergure nationale. Membre pendant plusieurs années du comité de rédaction de La Vie Ouvrière, revue dans laquelle il écrivait régulièrement, donnant des articles au Travailleur du Sous-Sol, organe fédéral des mineurs et à la Tribune des mineurs du Gard, journal mensuel du syndicat unitaire dont la parution débuta en juillet 1931, il fut nommé en juillet 1935 secrétaire de la Fédération nationale des mineurs unitaires. Ce poste lui permit de jouer un rôle de premier plan dans le processus de réunification syndicale, principalement dans le Pas-de-Calais et il fut élu secrétaire de la Fédération nationale des travailleurs du Sous-Sol au congrès de réunification tenu à Albi en décembre 1935. Il joua par la suite un rôle important lors des grèves de mai-juin 1936 puis de novembre 1938.
Militant syndical clandestin, il prit contact en février 1943 avec Sinot (confédéré) pour reconstituer la Fédération CGT clandestine du sous-sol.
Il devait devenir après la guerre premier président des Charbonnages de France de juin 1946 à novembre 1947. Il siégea à la commission exécutive de la CGT de 1945 à 1948 et assura le secrétariat général de la Fédération CGT du sous-sol de 1944 à 1955. Il fut membre du Conseil économique de 1947 à 1950.
Victorin Duguet mourut en octobre 1989.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23255, notice DUGUET Victorin [DUGUET Ferdinand, Victorin] par Jean-Michel Gaillard, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 10 septembre 2018.

Par Jean-Michel Gaillard

SOURCES : Arch. Dép. Gard, 14 N 973. — La Tribune des Mineurs du Gard. — Le Cri d’Alès. — S. Courtois, thèse, op. cit., annexe n° 18. — D. Desanti, L’année où le monde a tremblé, p. 305. — Libération, jeudi 17 novembre 1983. — Interview personnelle. — État civil de Saint-Florent-sur-Auzonnet. — L’Humanité, 9 octobre 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément