BAILLY Louis Albert dit « Loulou »

Par Gérard Larue

Né le 2 janvier 1902 à Paris (Ve arr.), mort le 10 janvier 1991 à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) ; maroquinier ; FFI/Libération Nord/CDLR à Stains (Seine, Seine-Saint-Denis ; membre du Comité Local de Libération ; Conseiller municipal de Stains de 1953 à 1959.

Fils de Louis, chauffeur et de Clémentine Virginie Gaucher, vendeuse aux Halles de Paris, il épousa le 17 juillet 1922 en mairie de Paris (IVème arr.) Georgette Marie Louise Broez sténodactylographe. Il était alors soldat au 21e Régiment d’Infanterie et résidait à Langres (Haute-Marne) en garnison.
Le couple s’installa 14 rue du Nord à Stains (Seine, Seine-Saint-Denis). Maroquinier, il dirigeait la maison « Antoine », 11 du Mont Thabor à Paris (Ier arr.).
Mobilisé le 27 août 1939 comme artificier et fusil-mitrailleur dans l’infanterie au 213e Régional 26ème compagnie, il avait obtenu le grade de sergent en janvier 1930. Il fut démobilisé le 31 juillet 1940.
Louis Bailly appartenait au mouvement Libération-Nord depuis 1942. Il fut enregistré en mai 1943, sous le matricule 5109 par le commandant Henry Bulliard, versé dans le groupe Franc du CDLR (Ceux de la Résistance) de Stains, sous les ordres de Jacques Bouillant dont il était l’adjoint. Il participa à la distribution de tracts, à l’établissement de fausses cartes d’identité ainsi que de certificats de travail, plaça des prisonniers de guerre évadés et des réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO).
En novembre 1943, il fut signalé par la police française comme trésorier du club athlétique de Stains, avec Albert Trapp (Président), Georges Claude (Vice-Président) et Lucien Detollenaere (secrétaire).
Pendant les combats de la libération il fut blessé au bras droit, lors de l’attaque de la gare de Pierrefitte-Stains (Seine, Seine-Saint-Denis), mais participa cependant à l’attaque de la mairie de Stains avec les FFI/FTPF locaux du 18 au 25 août 1944.
Le 11 septembre 1944, il fut orienté sur le Fort d’Aubervilliers (Seine ; Seine-Saint-Denis), puis s’engagea dans l’armée régulière, bataillon 23/22 5ème bureau au grade de sous-lieutenant jusqu’au 26 août 1945. Il reçut des attestations CDLR de Henry Bulliard, Jean Magnier, Jacques Bouillant et Marcelle Fourmond.
Il fut décoré de la médaille Franco-Britannique, de la médaille de la résistance et de la croix de guerre.
Il participa au Comité Local de Libération de Stains, puis fut élu conseiller municipal de 1953 à 1959.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232699, notice BAILLY Louis Albert dit « Loulou » par Gérard Larue, version mise en ligne le 6 octobre 2020, dernière modification le 6 octobre 2020.

Par Gérard Larue

SOURCES : Arch. PPo. 77W 104. – Bureau Résistance SHD GR 16 P 28025. – Archives de Paris. – Archives municipales de Stains, liste électorales – État-civil Paris (Ve arr.) –
Dictionnaire historique de la Résistance, Sous la direction de François Marcot avec la collaboration de Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé : Libération-Nord, Alya Aglan, p. 125-126. Ceux de la Résistance, Guillaume Piketty,p. 135-138, Éd. Robert Laffont, 2006.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément