LARGE Etienne, Louis [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 1er janvier 1874 à Lyon (Rhône) ; ouvrier tapissier ; anarchiste parisien.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

En janvier 1894, Étienne Large demeurait chez ses parents, 34 rue Véron, puis ensuite 38 rue des Abbesses. De 15 à 18 ans il fut employé comme apprenti chez Mme Léon, tapissière, 8 cité Véron
Il travaillait avec son père qui exerçait la profession de tapissier à façon.
Le 20 septembre 1893, des anarchistes se rendaient au 30 rue d’Aboukir, dans un café où se tenait une réunion de quartier, pour les fêtes Franco-russes. Georges Renard y tenait un discours internationaliste qui ne fut pas apprécié du public. Les anarchistes, dont Large, Mocquet, Godard, les sœurs Adnet Jeanne et Clotilde, Georges Renard, Boucher quittèrent la salle avant la fin de la réunion.
Le 3 octobre 1893, quelques anarchistes dont Large, Godard, Deforge, Mocquet, Bichon, Boucher, Georges Renard, étaient réunis 31 rue des Abbesses, salle Warin où Renard se livra au magnétisme.
Le 10 octobre 1893, un indicateur signalait qu’une quinzaine d’anarchistes parmi lesquels Large, les frères Mocquet, Georges Renard, Godard, Boucher, Mayence, Deforge, Bichon, s’étaient rendus salle Warin, 31 rue des Abesses mais la patronne leur ayant refusé la place, ils étaient allé en face, au n°28. Ils décidèrent d’organiser un grand meeting qui aurait lieu dans une salle de la rue des Entrepreneurs. Godard et Boucher devaient fournir l’argent pour financer les frais.
Le 22 novembre 1893, selon le rapport d’un indicateur, Large, Mocquet, Georges Renard, Boucher, Godard, Deforge, Henry et quelques autres faisaient bonne chair chez Philippeau, 38 rue des Abbesses à Montmartre. « Ils avaient dévalisé les boutiques de marchands de volailles du côté du parc Monceau et s’étaient fait préparer un repas copieux. »
Large fut arrêté le 9 janvier 1894, pour association de malfaiteurs dans le cadre de l’affaire de la rue des Abbesses (voir Marcel Hervy).
Il tira au sort dans le XVIIIe arrondissement, numéro matricule était le 2777. Ajourné en 1895 pour faiblesse, par le conseil de révision et « bon pour le service armé » le 21 mai 1896.
Il intégra le 14 novembre 1896, le 146e régiment d’infanterie et fut mis en congé, le 18 septembre 1898, en attendant son passage dans la réserve. Il reçut un certificat de bonne conduite.
Réformé temporairement le 10 octobre 1903, pour imminence de tuberculose avec pleurésie.
Le 14 juin 1906, il se maria à Paris (XVIIe arr.) avec Renée, Cécilia Gardais, couturière.
Le 26 mai 1911, il fut réformé de nouveau pour hypertrophie du cœur et tuberculose et classé dans les services auxiliaires.
Le 26 octobre 1916, il fut détaché à la société Hispano-Suiza à Bois-Combes et le 24 avril 1917, aux usines Blériot à Suresnes, il passa le 1er juillet 1917 au 23e régiment d’infanterie coloniale à Paris.
Le 18 novembre 1919, il divorça d’avec Renée Gardais.
Le 25 octobre 1921, il fut condamné par la 15e chambre correctionnelle de la Seine, à un mois de prison et 100 francs pour vol.
Le 28 décembre 1922, il se maria à Paris (IXe arr.) avec Henriette, Marie, Léontine Hennequin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232854, notice LARGE Etienne, Louis [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 10 octobre 2020, dernière modification le 17 octobre 2020.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES : Archives de Paris. Registre matricule D4R1 821 et état civil — Archives Nationales F7/12508 — Archives départementales du Rhône, État civil — Archives de la Préfecture de police Ba 78.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément