COMETTO André, Donat [Pseudonyme dans la clandestinité : DUPAIN]

Par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 14 mai 1920 à Cornillon-Confoux (Bouches-du-Rhône), mort le 31 mars 2004 à Istres (Bouches-du-Rhône) ; travailleur agricole ; militant communiste de Saint-Chamas (Bouches-du-Rhône) ; résistant ; déporté ; membre de la Brigade française d’action libératrice au camp de Buchenwald.

Fiche d’entrée au camp de Buchenwald
Fiche d’entrée au camp de Buchenwald

André Cometto était marié à Consuelo, Delphine Guigue, avec qui il eut une fille prénommée Danielle.
Fait prisonnier, il fut transporté le 30 juillet 1944 à bord du convoi I. 252 au départ de la gare Raynald de Toulouse et à destination de Buchenwald. L’armée allemande, voulant échapper à la progression des troupes alliées, fit ainsi évacuer plusieurs centres d’internement de la région, dont le camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn). On ajouta aux détenus du camp de nombreux réfugiés espagnols internés, des familles entières de juifs, des résistants raflés en Haute-Savoie et des FTP des Bouches-du-Rhône.
D’après une note du Secours catholique international du 18 décembre 1944, le train passa par Sète, Montpellier, Nîmes, Avignon, Orange, Valence, Chalon-sur-Saône, Dijon, Chaumont, Lunéville et Weimar. Les hommes adultes furent ensuite transportés jusqu’au camp de concentration.
L’arrivée d’André Cometto est enregistrée le 6 août par l’administration de Buchenwald et les effets personnels qu’il avait sur lui sont inventoriés : un gilet, un pantalon, un maillot de corps, un slip, une paire de chaussures, une paire de chaussettes, un portefeuille, du papier et un stylo plume.
Il y devint le déporté politique matricule KLB 69954. Sur sa fiche d’entrée dans le camp, on mentionna qu’il était travailleur agricole et que sa femme vivait à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Une erreur data sa naissance à 1918 à « Cormillon » au lieu de Cornillon-Confoux.
Après la période de quarantaine dans le Petit camp imposée aux nouveaux arrivants, il resta dans le Block 10 du Grand camp, affecté à des Kommandos intérieurs.
Le 11 avril 1945, il prit part à la lutte armée pour la libération du camp, facilitée par l’avancée des troupes alliées, en tant que membre de la Brigade française d’action libératrice.

A son retour en France, il fut un membre actif de la FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes) ainsi que de l’Amicale puis de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos. Il demeura longtemps un animateur de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, fut membre du comité national, vice-président, puis président. Pendant des années il accompagna à Buchenwald et Dora les jeunes lauréats du concours de la Résistance. Lorsque son état de santé ne lui permit plus de continuer à assurer ses fonctions, sa fille et sa femme le relayèrent. Il était alors membre d’honneur de l’association.
Il fit également des interventions dans les établissements scolaires afin que les jeunes générations sachent ce qu’avaient été le nazisme et la déportation. On le décora de la Légion d’Honneur.
Pendant sa retraite, il fut président de l’association Tourisme et Travail au niveau local.

Le site « Mémoire des Hommes » le répertorie comme « déporté et interné de la Résistance », FFI et lui attribue comme nom de résistant « Dupain ». Deux cotes lui sont consacrées dans les archives du Service historiques de la Défense : une à Vincennes (GR 16 P 139468) et une autre à Caen (AC 21 P 730145).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232870, notice COMETTO André, Donat [Pseudonyme dans la clandestinité : DUPAIN] par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 10 octobre 2020, dernière modification le 4 décembre 2020.

Par Renaud Poulain-Argiolas

André Cometto en 1996
André Cometto en 1996
André Cometto est au centre, tenant les autres par les épaules. Il accompagnait ici des jeunes lors d’un voyage à Buchenwald et Dora.
Fiche d'entrée au camp de Buchenwald
Fiche d’entrée au camp de Buchenwald

SOURCES : Bulletin trimestriel n°20 de l’Amicale des Déportés Résistants Patriotes et Familles de Disparus de Buchenwald-Dora et Commandos dépendants, juillet-septembre 1954. — Le Serment, bulletin bimestriel de l’Association Buchenwald-Dora et kommandos : n°262 (novembre-décembre 1998) ; n°295 (mai-juin 2004). — Livre-Mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. — Service international de recherches à Arolsen. — Liste du convoi "BDS Paris" arrivé le 6 août 1944 à Buchenwald. — Mémoire des Hommes, SHD Vincennes, GR 16 P 139468 (nc) et SHD Caen, AC 21 P 730145 (nc). — Archives de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommandos. — Données des sites Filae et Généanet. — Propos recueillis auprès de René Caramini.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément