PELLETIER Franc ou Franck

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 19 janvier 1879 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort en déportation le 5 septembre 1944 à Hartheim (Autriche), ingénieur, chef d’entreprise, résistant.

Fils de Maurice Pelletier, boulanger, et de Marie Madeleine Maury, couturière, Franck Pelletier était ingénieur (spécialisé en mécanique).
Pendant la Première Guerre mondiale, il fut mobilisé dans le génie. Il fut blessé deux fois. Il a été décoré de la croix de guerre et fait chevalier de la Légion d’honneur en 1918 à titre militaire.
Après-guerre, Pelletier dirigeait une entreprise éponyme à Nantes, au 15 rue Pître-Chevalier.
Mobilisé pendant la drôle de guerre, il a été décoré de la croix de la guerre.
En mars 1943, Pelletier s’engagea dans la résistance, entrant dans le réseau Réseau Cohors-Asturies. ll aurait remplacé le général Audibert quand ce dernier était recherché. Pelletier se fournissait en faux papiers auprès de l’imprimeur Lucien Talonneau, directeur de l’Imprimerie coopérative ouvrière de Nantes et de l’imprimerie Jagueneau Frères.
Arrêté le 21 janvier 44, Pelletier fut interné à Compiègne, d’où il a été déporté à Mauthausen le 22 mars 1944. Il a été gazé à Artheim le 5 septembre 1944.
Franck Pelletier s’était marié le premier août 1907 à Paris (IIIe arr.) avec Marcelle Bouchy et était père de trois enfants. Séparé de son épouse avant-guerre, il vivait en concubinage avec une femme nommée Gosdall.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232898, notice PELLETIER Franc ou Franck par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 11 octobre 2020, dernière modification le 12 décembre 2020.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD GR16 P 464101. – Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Deuxième Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 365. - Monument Mauthausen [en ligne]. – 19800035/0036/4545 Base Léonore [en ligne]. — État civil en ligne cote 6 E 113 301, vue 64.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément