BIONDI Marcelle [née ABADIE Marcelle, Louise, Baptistine, Jeanne]

Par Jacques Girault

Née le 8 juillet 1905 à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), morte le 18 janvier 2009 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) ; professeure ; militante socialiste SFIO.

Fille d’un instituteur de Tarbes (Hautes-Pyrénées) et d’une institutrice, Marcelle Abadie entra à l’École normale d’institutrices de Tarbes en 1921. Titulaire du brevet supérieur, élève du lycée Fénelon à Paris, elle intégra à l’École nationale de l’enseignement technique en 1926, section D (Economie). Titulaire du Certificat d’aptitude au professorat commercial en 1928, elle épousa le 12 juillet 1928 à la mairie du Ve arrondissement de Paris Jean Biondi, alors étudiant et maître d’internat au lycée Saint-Louis à Paris. Ils eurent deux enfants, dont Jean-Pierre Biondi.

Marcelle Biondi, nommée à l’école pratique (devenue école primaire de commerce et d’industrie en 1938 puis école nationale professionnelle de filles), enseigna au début la comptabilité et le français. A partir de 1933, elle enseignait aussi la comptabilité à l’école primaire supérieure de Mouy (Oise). Elle demanda sa mutation pour Paris en 1936 et l’obtint en 1939 pour les classes techniques de l’école primaire supérieure Edgar Quinet. A la demande de son mari, député, elle fut affectée à titre provisoire à l’ENP garçons de Tarbes en octobre 1939 mais aucune trace n’apparut dans son dossier lors le la reconstitution de sa carrière à sa demande de retraite.

Active pendant la Résistance dans le mouvement « Libération Nord », arrêtée en 1943 avec sa fille de cinq ans, elle fut relâchée quelques heures après.

À partir de juin 1946, elle fut mise à la disposition, comme chargée de mission, du cabinet de son mari, devenu secrétaire d’État, mise à la disposition renouvelée en janvier 1948, en octobre 1948. Elle reprit son poste d’enseignement de comptabilité un mois fin novembre-début décembre 1948.

En 1951, affectée dans le service des études pédagogiques du Ministère de l’Éducation nationale, puis en mai 1957 au Centre national d’enseignement par correspondance comme professeur de commerce, elle fut considérée comme affectée à titre provisoire au Centre nationale de télé-enseignement de 1957 à 1967, puis détachée à l’administration centrale d’avril 1967 à sa retraite en décembre 1968

Marcelle Biondi, dès la Libération, était une dirigeante nationale des femmes de la SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232899, notice BIONDI Marcelle [née ABADIE Marcelle, Louise, Baptistine, Jeanne] par Jacques Girault , version mise en ligne le 11 octobre 2020, dernière modification le 14 octobre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F 17 29089. — OURS. — Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 (notes de Dominique Veillon). — Notes d’Alain Dalançon et de Gilles Morin 

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément