KERN Yvonne, épouse OBERLIN Charles

Par Jean-Claude Magrinelli

Née le 22 juillet 1904 à Maidières-les-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), morte des suites de sa déportation à Paris, le 29 juin 1945, arrêtée le 8 janvier 1943 par la XVe brigade mobile de Nancy à la suite du sabotage en gare de Champigneulles, déportée à Ravensbruck le 26 avril 1943.

Yvonne Oberlin, Kern de son nom de jeune fille, naquit le 22 juillet 1904 à Maidières-les-Pont-à-Mousson. Elle épousa Charles Oberlin à Champigneulles le 9 novembre 1926. Elle se consacra à élever ses sept enfants ainsi qu’à l’entretien de sa maison et de son jardin sis au lieu-dit La Fourasse à Champigneulles. Elle partagea les convictions communistes de son mari, sans être adhérente au parti.
Dans l’année 1942, Charles Oberlin participa à des distributions de tracts à Champigneulles. En août, le couple logea chez lui le frère de Charles, Laurent Oberlin, membre du groupe FTP de Marcel Simon. Il hébergea également, pour des périodes plus ou moins longues, Marcel Simon, Edouard Marchewka et Boleslaw Nadany, qui appartenait au groupe de jeunes de Dombasle-Varangéville démantelé par la police française le 11 avril 1942.
À la suite du sabotage effectué en gare de Champigneulles dans la nuit du 7 janvier 1943 et d’un accrochage en ville avec deux gendarmes, 38 perquisitions furent organisées par les policiers de la XVe brigade régionale de police judiciaire aidés de forces de gendarmerie. L’une d’elle eut lieu au domicile du couple Oberlin. Boleslaw Nadany y fut découvert et arrêté. « Nous avons procédé également à l’arrestation de Madame Oberlin Charles, née Kern Yvonne, le 22 juillet 1904 à Maidières-les-Pont-à-Mousson, de Louis et de Marie-Louise Mathis, sans profession, mère de 7 enfants, demeurant à Champigneulles, épouse de l’individu en fuite, qui recelait ce groupe de malfaiteurs. L’interrogatoire de cette femme et le résultat des perquisitions opérées chez elle, apportent la preuve qu’elle n’ignorait rien du caractère terroriste des agissements des individus qui se dissimulaient chez elle, ni de leurs cambriolages dont elle profitait. Elle les savait armés et très dangereux. J’ai confié provisoirement la garde de ses enfants au Maire de Champigneulles, et les denrées périssables, volées ou non, qui se trouvaient dans l’immeuble ont été remises au Ravitaillement Général ». (Rapport du commissaire Charles Courrier) Yvonne fut arrêtée le 9 janvier 1943, écrouée à la prison Charles III à Nancy le 13 janvier, au quartier français où elle reçut des nouvelles de ses enfants. Le 22 janvier, elle fut transférée au quartier allemand. Le kommandeur de la SIPO und SD de Nancy décida de la faire déporter, ainsi que sa belle-soeur Caroline Cachet et son beau-frère Henri Cachet qui avaient donné refuge à son époux Charles à leur domicile à Dompcevrin.
Le 16 février 1943, Yvonne Oberlin fut transférée au fort de Romainville puis, le 27 avril, de Compiègne, déportée à Ravensbruck où elle reçut le n° matricule 19 273. Le 18 février 1945, elle fut transférée au camp de Bergen-Belsen d’où elle fut libérée le 15 avril. Rentrée très affaiblie, elle décéda le 29 juin 1945 à Paris, avant d’avoir pu revoir ses enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232928, notice KERN Yvonne, épouse OBERLIN Charles par Jean-Claude Magrinelli, version mise en ligne le 12 octobre 2020, dernière modification le 12 octobre 2020.

Par Jean-Claude Magrinelli

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 1739 W 1 : Dossier n° 331 du Service Régional de Police Judiciaire concernant Oberlin Charles ; AD 54 : WM 314 : Rapport du commissaire de police Gustave Lienemann daté du 12 février 1943 au chef de la XVème brigade régionale de police judiciaire ; (AD 54 : WM 314 : Rapport du commissaire Charles Courrier, chef du SRPJ de Nancy, daté du 9 janvier 1943 adressé au préfet régional à l’intendant régional de police ; AD 54 : 1860 W 19 : Registre d’écrou de la maison d’arrêt Charles III à Nancy, période du 16 décembre 1942 au 13 mars 1943 ; AD 54 : 2101 W 6 : Répertoire des dossiers du SRPJ (de L à P) : Notices concernant Oberlin Yvonne et Oberlin Caroline (épouse Cachet) et 1739 W 14 : Dossier n° 340 du SRPJ concernant Henri Cachet et WM 464 : Dossier « Dénonciation et arrestations des familles Oberlin et Cachet, déportés et fusillés par les Allemands » daté du 8 octobre 1945 comprenant 29 pièces, notamment en juillet 1945.la plainte d’Henriette Cachet auprès du comité d’épuration ; Livre mémorial de la déportation, convoi du 27 avril 1943.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément