MOUSSIÉ Raymond

Par Dominique Tantin

Né le 17 juillet 1926 à Reyrevignes (Lot), abattu le 11 mai 1944 à Cardaillac (Lot) ; forgeron ; victime civile.

Fils d’Alfred Moussié et de Maria Andrieu, son épouse, Raymond Moussié était forgeron.
Les 10 et 11 mai 1944, une colonne de Waffen-SS du régiment Der Führer de la 2ème Panzerdivision Das Reich ratissa le département du Lot. Elle était accompagnée de policiers de la Sipo-SD et de collaborateurs français et disposait de renseignements précis pour y traquer les résistants et les Juifs. Ces opérations s’accompagnèrent de représailles contre les civils soupçonnés d’aider la Résistance, mais aussi abattus sans raison précise dans le cadre d’une politique visant à terroriser la population.
Vers 7h, les SS investirent le bourg de Cardaillac. Ils perquisitionnèrent et pillèrent les maisons, et ils rassemblèrent les hommes de 16 à 60 ans. Marcel Cavarroc, âgé de 23 ans, et Raymond Moussié, âgé de 18 ans, tentèrent de s’enfuir et furent abattus, ainsi que Georgette Verniol, épouse Lafage*, qui gardait ses moutons.
Son nom est inscrit sur les monuments aux Morts de Cardaillac et de sa commune natale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232974, notice MOUSSIÉ Raymond par Dominique Tantin , version mise en ligne le 13 octobre 2020, dernière modification le 26 avril 2022.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Guy Penaud, La « Das Reich » 2e SS Panzer Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2e édition, 2005, 558 p. [pp. 80-81, p. 506.]. — MémorialGenWeb. — État civil Cardaillac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément