CHAMORET Jean, Élie

Par Eric Panthou

Né le 7 février 1904 à Mozac (Puy-de-Dôme), mort en déportation le 1er juin 1944 à Flossenbürg (Allemagne) ; agriculteur ; membre du Parti communiste (PCF).

Fils d’Élie, Joseph, jardinier, et de Pauline, née Pichot, sans profession, demeurant au lieu-dit les Moulins blancs, à Marsat, Jean, Élie Chamoret était agriculteur et habitait à Marsat (Puy-de-Dôme).
Il devint membre du Parti communiste au sein de la cellule de sa commune de naissance.
Il fut arrêté le 9 février 1944 avec son cousin Félix Pérol (fusillé à Clermont-Ferrand) par la Gestapo et la Milice pour détention d’un dépôt d’armes, semble-t-il. Il fut interné à la prison militaire allemande du 92° RI à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) puis à Compiègne d’où il est déporté (convoi des "Tatoués").
Il fit partie du convoi parti dans la matinée du 27 avril 1944, à cent par wagon à bestiaux et en direction d’Auschwitz (Pologne). Arrivé le 30 avril 1944 à Auschwitz (mle 185245) il fut ensuite envoyé à Buchenwald (Allemagne) dès le 12 mai avec 1560 de ses camarades. Arrivé le 14 mai, (mle 53509), il est transféré le 25 mai 1944 avec le convoi dit des "tatoués, vers le camp de Flossenbürg (Allemagne), matricule 9534. C’est là qu’il meurt moins d’une semaine plus tard, le 1er juin 1944.
La base FMD le considère rapatrié mais sans date tandis que son dossier au Service historique de la Défense à Caen le considère comme disparu. Le travail de Robert Deneri ayant établi la liste des déportés du camp de Flossenbürg considère Chamoret comme rentré certain.

Son nom figure sur le monument aux Morts de Marsat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article233102, notice CHAMORET Jean, Élie par Eric Panthou, version mise en ligne le 18 octobre 2020, dernière modification le 16 novembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : La Voix du Peuple, 22 septembre 1944. — Base FMD. — AVCC Caen, AC 21 P 434 886, dossier Jean Chamoret. — Journal Officiel. Arrêté du 9 mai 2012 portant apposition de la mention « Mort en déportation »sur les actes et jugements déclaratifs de décès. — Robert Deneri, Les Français à Flossenbürg. Mémorial, s.l., 1994, 104 p. [en ligne]. — Mémorialgenweb. — État-civil Marsat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément