MARTIN Pierre, Léon

Par Michel Thébault

Né le 21 août 1871 à Varennes (Indre-et-Loire), massacré le 20 août 1944 à Varennes (Indre-et-Loire) ; cultivateur ; victime civile.

Pierre Martin lors de la première guerre mondiale.
Pierre Martin lors de la première guerre mondiale.

Pierre Martin était le fils de Pierre Martin âgé de 25 ans à sa naissance, journalier et de Julie Perrodin âgée de 21 ans, domiciliés tous deux au lieu-dit Le Chatellier, commune de Varennes. Journalier agricole à Mouzay (Indre-et-Loire), une commune limitrophe de Varennes, il fut appelé en septembre 1892 pour le service militaire qu’il accomplit jusqu’en septembre 1894 au 114ème Régiment d’Infanterie. Il se maria avec Marie Louise Arnault (née le 2 septembre 1894 à Bridoré, Indre-et-Loire). Ils eurent trois enfants, Pierre et Léontine nés en 1896 et 1900 à Varennes et Léa née en 1913 à Saint-Senoch (Indre-et-Loire) où la famille s’était installée en 1911, et où Pierre Martin était cultivateur au lieu-dit La Perruche. Il fut mobilisé en août 1914 dans un régiment d’infanterie territorial, puis au début 1917 dans une section d’infirmiers. Détaché en octobre 1917 pour travaux agricoles, il fut définitivement démobilisé fin 1918. Revenu s’installer à Varennes, au lieu-dit Le Chatellier, il y fut continument cultivateur exploitant des années 20 aux années 40. A l’été 1944, âgé de 73 ans, cette situation restait inchangée.

Le 16 août 1944, la ville de Loches (Indre-et-Loire) connut une première libération par l’action conjointe de plusieurs maquis locaux. Mais quatre jours plus tard, le 20 août, les troupes allemandes reprirent la ville, point stratégique sur leurs axes de retraite au sud de la Loire. De violents combats opposèrent alors les groupes de maquisards aux troupes allemandes à Loches et dans plusieurs communes voisines. Attaquant sur plusieurs itinéraires à la fois, les unités allemandes tentèrent de passer au sud par Ligueil, et Varennes. Après avoir essayé une première fois le matin de forcer le barrage dans les bois de Fretay, peu avant Loches, la colonne allemande entreprit en milieu d’après-midi, une seconde tentative après avoir pris à Ligueil des otages placés devant son convoi comme boucliers humains (trois de ces otages furent tués à l’entrée de Loches au lieu-dit La Blanchardière). C’est dans la traversée de Varennes par les troupes allemandes que Pierre Martin fut abattu à 19 heures.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Varennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article233287, notice MARTIN Pierre, Léon par Michel Thébault, version mise en ligne le 24 octobre 2020, dernière modification le 24 octobre 2020.

Par Michel Thébault

Pierre Martin lors de la première guerre mondiale.
Pierre Martin lors de la première guerre mondiale.

SOURCES : Arch. Dép. Indre-et-Loire (état civil, registre matricule, recensements) — site de la 1843ème Section des Médaillés Militaires, Loches - Nouâtre — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément