PALLUY Georges

Né le 5 juillet 1911 à Paris (Xe arr.), mort le 14 mars 1981 à Orsay (Essonne) ; militant communiste du XXe arr. de Paris ; traducteur à Prague (Tchécoslovaquie) ; rompt en août 1968.

Georges Palluy était le frère cadet de Lucienne Palluy (1910-1943).
Après de bonnes études secondaires et l’obtention du baccalauréat, il entreprit des études de droit auxquelles il dut renoncer pour se mettre au travail et subvenir aux besoins de sa famille, son père ayant mis fin à son activité de courtier en bijoux. Après avoir travaillé dans différentes entreprises (dont Clacquesin), communiste, il entra vers 1935 à l’Humanité comme employé de bureau puis rédacteur. Il travailla alors avec Jean Dorval avec qui il noua une relation d’amitié durable.
Membre actif du PCF dans le XXe arr., il fut notamment en contact avec Raymond Luauté et Raymond Bossus.
Fait prisonnier lors de la défaite, il fut envoyé en Allemagne où il séjourna jusqu’à la fin de la guerre, malgré deux tentatives d’évasion lui valurent d’être interné au camp disciplinaire de Rawa Ruska (actuellement en Ukraine).
De retour en France, il reprit sa vie de militant et de permanent au Parti communiste. Il occupa des postes de responsabilité dans la presse communiste en étant notamment, pendant plusieurs années, le directeur de la SERP (Société pour l’Édition et la Routage de Presse).
Georges Palluy se maria avec une militante communiste Enta (Edith) Melcer (1908-1980) qui après la guerre occupa des fonctions de secrétaire au syndicat des cuirs et peaux. Le couple n’eut pas d’enfant.
En 1961, ils sont l’un et l’autre envoyés à Prague, lui comme traducteur multi-langues, elle comme secrétaire, pour renforcer l’équipe française (dirigée par Jean Kanapa) de la [Nouvelle Revue Internationale - Problèmes de la paix et du socialisme]. Il s’épanouit dans ce milieu cosmopolite où il peut s’adonner à sa passion pour les langues étrangères. Il apprit le tchèque et se lia avec de nombreux intellectuels du pays dont Antonin Liehm et Jiri Pelikan.
De retour en France en 1966, Georges Palluy entra à la banque commerciale pour l’Europe du Nord, la banque soviétique du Bd Haussman, dont le directeur était Charles Hilsum.
Il continua à militer jusqu’en 1968 mais l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’URSS le révolta et il démissionna avec fracas du Parti communiste. Après la “normalisation “ de la Tchécoslovaquie, il aida les dissidents de la charte 77 en tant que traducteur pour la France.
Georges Palluy s’éteignit un an après le décès de son épouse à laquelle il était extrêmement attaché.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article233432, notice PALLUY Georges, version mise en ligne le 29 octobre 2020, dernière modification le 30 octobre 2020.

SOURCE : Notes de Jean-Pierre Luauté et Sabine Feinberg.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément