ULLMO André, Alexandre. Pseudonyme : Mollet

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 22 février 1914 à Besançon (Doubs), mort le 17 juin 2008 à Paris (XIIIe arr.), avocat, résistant.

La famille Ullmo était originaire d’Alsace, qu’elle avait quitté en 1870 pour la France. Fils de Léopold Ullmo, industriel, et de Rosa Rein, André Ullmo avait obtenu ses licences de droit et de lettres avant la Seconde Guerre mondiale, à Dijon, et préparait son doctorat en 1938. Il avait deux sœurs, Madeleine et Jeanne, et deux frères, Roger Ullmo (1903-1971), industriel, et Jean Ullmo (1908-1999).
Militant pacifiste et membre de la section de la Ligue des droits de l’homme de Besançon, il était également membre de l’association la Lyre à Besançon (il en était vice-président en 1936).
Officier de réserve, il fut mobilisé pendant la drôle de guerre et fait prisonnier. Son comportement au front lui valut la croix de guerre. Il réussit à s’évader en août 1940 et rejoignit la zone sud. Après une période de chômage, il travailla en 1941 et jusqu’au début 42 pour l’Etablissement Letor (?) rue du Béguin, à Lyon.
Après sa libération, il prit contact avec des résistants et intégra le mouvement Franc-Tireur. Il diffusa la presse clandestine, fabriqua des faux-papiers, transporta des armes, organisa des évasions vers l’Espagne.
Suite à une infiltration, Ullmo fut arrêté le 18 février 1943 alors qu’il devait se rendre à Sète pour rejoindre les FFL. Il fut détenu à la prison de Montpellier puis dans les camps de Compiègne et de Drancy. Il continua son action de résistance, « d’abord employé comme secrétaire du commandant-interné du Camp [Robert Blum], écrit-il dans son dossier d’homologation de résistant, j’ai continué à faire en conscience que je pouvais pour la résistance à l’ennemi et pour mes camarades d’internement. » Il participa notamment à la construction d’un tunnel d’évasion, découvert le 9 novembre 1943. Ullmo échappa dans l’immédiat à la déportation des responsables.
Malade, il fut transféré à l’hôpital Rothschild. Il s’y trouvait encore en août 1944 et participa aux combats de libération de la ville.
Après la guerre, il intégra le cabinet du ministère des Prisonniers, dirigé par Henri Fresnay.
Devenu avocat à la cour d’appel de Paris, Ullmo fut élu au conseil de l’Ordre des avocats en 1964.
Membre de l’Union Libérale Israélite de France (ULIF) depuis 1947, il en fut président de 1970 à 1977.
Officier de la Légion d’honneur, Ullmo était également titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la médaille militaire et de la médaille des évadés.
André Ullmo s’était marié le 16 août 1948 à Sarrebourg (Moselle) avec Colette Cain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article233543, notice ULLMO André, Alexandre. Pseudonyme : Mollet par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 31 octobre 2020, dernière modification le 5 décembre 2020.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD AC 21 P 685153 [non consulté] et GR 16 P 580930. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément