JANIN-COSTE Georges, Joseph, Jean

Par Jean-Luc Marquer

Né le 3 février 1916 à Saint-Hilaire-de-Brens (Isère), sommairement exécuté le 13 juillet 1944 à Grenoble (Isère) ; secrétaire de mairie ; résistant de la Résistance intérieure française, homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (D.I.R.)

Georges, Joseph, Jean Janin-Coste était le fils de Jean, Émile Janin-Coste et d’Émilie, Anthelmine, Marie, Céline Saulce.
Il épousa Odette, Marthe Pattard. Le couple eut des enfants.
La famille habitait à Rives (Isère) dont Georges Janin-Coste était le secrétaire de Mairie.
Georges Janin-Coste s’engagea dans la Résistance.
Le 25 mai 1944, il fut arrêté pour port d’armes par la Gestapo mais le Maire de Rives put le faire libérer quelques jours plus tard.
Le 3 juillet 1944 à 15 heures, des membres de la Gestapo et de la légion des volontaires français et des Waffen-SS venus de Grenoble (Isère ) en voiture firent irruption dans la Mairie et demandèrent le secrétaire de Mairie. Pendant que le reste du groupe perquisitionnait la Mairie, Georges Janin-Coste fut interrogé isolément.
Après une dizaine de minutes, il fut conduit vers les véhicules et emmené avec le chef de gare de Rives, M. Méry, à Grenoble où il fut incarcéré dans la prison de la Gestapo et torturé.
Un de ses co-détenus, Pierre Guyot, témoigna le 4 janvier 1945 pour le Mémorial de l’oppression : « Dans la cellule n°5 où je fus conduit se trouvait Monsieur Janin, Secrétaire de la Mairie de Rives. Il avait été battu à coups de cravache par les "Waffen-SS". Son dos était noir depuis le cou jusqu’aux pieds. Il souffrait beaucoup. »
Georges Janin-Coste fut sommairement exécuté le 13 juillet 1944 au Polygone d’artillerie de Grenoble (Isère) en même temps que 24 autres personnes.
Son corps enfoui dans un cratère de bombe fut découvert le 28 août 1944, chemin des Buttes, à proximité du Polygone et placé dans le cercueil n° 1 B.
Il est désormais enterré dans le caveau familial au cimetière communal de Laval (Isère).
Georges Janin-Coste fut formellement identifié le 20 septembre 1944 par son épouse.
Son corps, exhumé le 29 septembre 1944, est désormais enterré dans le caveau familial au cimetière communal de Rives.
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur, membre de la Résistance intérieure française, et interné résistant (D.I.R).
Son nom figure sur les monuments aux morts de Rives (Ville et cimetière).
La ville de Rives a donné son nom à une de ses rues.


Voir : Grenoble, charniers du Polygone


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article233596, notice JANIN-COSTE Georges, Joseph, Jean par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 19 novembre 2020, dernière modification le 18 avril 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 406, 541 et 586 — Arch. Mun. Grenoble, 4H69 — SHD Vincennes, GR 16 P 306201 (à consulter) — AVCC Caen, AC 21 P 54918 (à consulter) — Musée de la Résistance et de la Déportation en Isère, M0998-2015-06-34 — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb — Geneanet — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément