DUPÉCHAUD Joseph [pseudonyme dans la résistance : Achille, Deupe]

Par Georges Rougeron, Michel Thébault

Né le 8 juillet 1886 à Deneuille-les-Mines (Allier), exécuté sommairement le 21 ou le 22 août 1944 à Montluçon ; cultivateur ; militant communiste de l’Allier, élu local ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Il était le fils de Marien Dupéchaud âgé de 23 ans à sa naissance, cultivateur au hameau de Blande, commune de Deneuille-les-Mines (Allier) et de Marie Lanord âgée de 18 ans. Il se maria le 21 octobre 1911 à Villefranche-d’Allier (Allier) avec Valentine, Amélie Martin. Appelé sous les drapeaux le 31 octobre 1914, il fut incorporé au 121ème régiment d’infanterie à Montluçon. Ayant effectué le début de la guerre dans l’infanterie il fut ensuite affecté à partir de janvier 1917 au service automobile du Train des Equipages, jusqu’à sa libération des obligations militaires le 23 octobre 1919. Grand blessé de guerre, dévisagé suites aux blessures provoquées par l’éclatement d’une fusée le 13 novembre 1918 dans le dépôt de munitions où il était affecté (brûlures des membres inférieures, de la face) il était titulaire d’une pension d’invalidité totale après deux années d’hospitalisation. Il reçut en octobre 1921 la Médaille militaire.
Voiturier puis exploitant agricole à Villefranche-d’Allier et membre de la SFIO Joseph Dupéchaud adhéra lors de la scission de 1921 au Parti communiste dont il fut candidat au conseil d’arrondissement pour le canton de Montmarault en 1922 ; en 1939, il était adjoint au maire de Villefranche. Il était apprécié de la population locale pour les services multiples qu’il rendait, pour avoir également été le fondateur de la coopérative de consommation. Malgré ses lourds handicaps, y compris aux mains, il était très bricoleur.

Il s’engagea dans la résistance et appartint aux FTPF de l’Allier, fondant en janvier 1943 le groupe communal des FTP, chargé des récupérations d’armes, assurant les liaisons et les sabotages. Il devint membre du « camp du 14 juillet » (1ère compagnie du 201ème bataillon FTP) installé dans la forêt de Civrais sur la commune de Champroux (Allier). Progressivement organisé par la direction FTPF à partir d’août-septembre 1943 (pour recevoir en particulier les réfractaires STO), il prit toute son importance après le 6 juin 1944.
Il fut arrêté une première fois, à une date inconnue, interrogé à Vichy par le SD, puis relâché, faute de preuves ou d’aveux. Il reprit sa place dans les FTP.
Sous les ordres du capitaine Jean Dagouret il accomplit toute une série d’attaques et d’embuscades sur les grands axes de communication (RN 153 et 145) et de sabotages (lignes électriques…) en juin et juillet 1944. Joseph Dupéchaud y était chef de détachement.
Le dimanche 20 août 1944 une patrouille allemande pénétra dans Villefranche-d’Allier et prit en otages dix-sept Villefranchois se trouvant au café Cluzel afin de protéger le passage sur la commune d’une colonne allemande venant de Moulins (Allier) et se dirigeant vers Montluçon pour prêter main-forte à la garnison assiégée. L’intervention allemande était aussi due au fait que des FFI avaient hissé le drapeau tricolore à la Mairie de Villefranche-d’Allier. Une quinzaine d’hommes furent par ailleurs arrêtés comme otages.
Un jeune habitant du village témoin de la scène, Marcel Chambenoît, pris de panique tenta de s’enfuir. Il fut abattu dans un pré derrière l’école, route de Murat. Joseph Dupéchaud, présent ce jour-là à Villefranche tenta de s’opposer aux soldats Allemands, portant son brassard FTP et sa mitraillette à l’épaule. Il fut aussitôt arrêté, emmené à Montluçon. Dans le même temps, dans la nuit du 19 au 20 août 1944, les chefs de la Résistance montluçonnaise avaient décidé de libérer la ville de Montluçon (Allier) et de mettre le siège devant la caserne Richemont où s’était rassemblée l’essentiel de la garnison allemande. Près de 1500 FFI furent rassemblés pour mener ces opérations. Joseph Dupéchaud fut exécuté sommairement le 21 août 1944 pendant les combats pour la Libération de Montluçon, place de l’abattoir vers 7 heures.

Il obtint la mention mort pour la France et son nom figure sur le monument aux morts de Villefranche-d’Allier. Il fut homologué à titre posthume adjudant FFI. Une plaque commémorative lui est dédiée à Montluçon rue Paul-Constans, à l’angle de la rue Victor-Considérant. Son nom figure également sur le Mémorial aux morts pour la Libération de Montluçon. Une rue de Villefranche-d’Allier porte son nom.
En octobre 1944, l’hebdomadaire régional du PCF, La Voix du Peuple, lui rendit un important hommage à travers un long article.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23365, notice DUPÉCHAUD Joseph [pseudonyme dans la résistance : Achille, Deupe] par Georges Rougeron, Michel Thébault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Georges Rougeron, Michel Thébault

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 138 : crimes de guerre à Villefranche-d’Allier .— SHD Vincennes : GR 16 P 200991. Dossier Joseph Dupéchaud (nc) .— Arch. Dép. Allier (État civil, registre matricule) — Notes de Georges Rougeron — La Montagne, édition Montluçon, 20 août 2014 et 24 août 2014 — La Libération de Montluçon. —"Un martyr de la résistance. Joseph Dupéchaut", La Voix du Peuple, 7 octobre 1944. — Mémorial genweb .— état civil Montluçon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément