CLARO Albert

Par Yves Le Maner

Né le 7 avril 1889 à Cambrai (Nord), mort le 28 novembre 1958 à Cambrai (Nord) ; employé de chemin de fer ; militant syndicaliste et communiste.

Entré comme employé à la Compagnie des chemins de fer du Nord, Claro accéda au grade de chef de train après la Première Guerre mondiale. Ancien combattant de 1914-1918, il adhéra à l’Association républicaine des anciens combattants au sein de laquelle il entra en contact avec les militants communistes. Il adhéra au PC en 1924 et devint rapidement trésorier de la cellule locale d’Escaudœuvres où il résidait. (Voir François Courbet*). La même année, il prit sa carte au syndicat CGTU des travailleurs des chemins de fer de Cambrai et environs, récemment crée, et en devint le secrétaire général en 1926. Il fut délégué de son syndicat aux congrès de juin 1926 et juin 1929 de la Fédération unitaire des cheminots. Il participa également au congrès national de la CGTU de septembre 1929. En 1934, Albert Claro décida d’abandonner la direction du syndicat des cheminots pour se consacrer au comité antifasciste de Cambrai dont il fut le délégué au congrès national antifasciste tenu à Paris en septembre de la même année. Membre de la commission intersyndicale, il participa activement au processus de réunification syndicale et devint en 1935 co-trésorier de l’Union locale réunifiée de Cambrai avec le confédéré Demunck (voir Beaurain*).
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Albert Claro appartint à un réseau de Résistance, son métier lui permettant de glaner de nombreux renseignements.
Après la guerre, il continua à militer activement au sein de la CGT et du PC, sur le plan local. Élu conseiller municipal d’Escaudoeuvres en 1952, il conserva ce mandat jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2338, notice CLARO Albert par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 décembre 2011.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat. F7/13119. — Arch. Dép. Nord, M 595/67. — A. Duchatelle, Mémoire de Maîtrise, Lille III-1973, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément