CABIAC Renée [BALLON Renée, épouse CABIAC]

Née le 1er octobre 1907 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), morte en 1990 ; militante communiste de Miramas (Bouches-du-Rhône) ; membre du comité local de l’UFF.

Renée Ballon était mariée à Jean Cabiac, cheminot et militant communiste comme elle à Miramas.
Plusieurs recensements de la population permettent de connaître la composition de la famille Cabiac et son évolution. Celle-ci était domiciliée en 1906 dans le village de Mondragon (Vaucluse) au n°8, dans le quartier des Hauts Barrets. D’après le registre, Antoine Cabiac, le chef de famille, était fermier et né en 1866 à Saint-Paulet-de-Caisson (Gard). Sa femme, Joséphine Thomas, était née en 1867 à Saint-Gervais (Gard) et sans profession. Le couple avait alors quatre enfants, tous nés à Pont-Saint-Esprit (Gard) : Louise en 1891, Joseph en 1893, Antoine en 1897 et Jean en 1901. C’est ce Jean Cabiac que Renée Ballon épousa.

Le recensement réalisé à Miramas en 1931, une génération plus tard, énumère les membres de la famille domiciliée au 305, Cité Belley : Jean Cabiac (chef de famille), né en 1901 à Pont-Saint-Esprit (Gard), employé chez PLM ; Renée Ballon (sa femme), sans profession ; Jeannine Cabiac (leur fille), née en 1929 à Bagnols-sur-Cèze ; Antoine Cabiac (père du chef de famille), né en 1861 (l’année diffère du recensement précédent), employé chez Serre (sans indication sur le genre d’entreprise dont il s’agit) ; Joséphine Thomas (mère du chef de famille), sans profession.
Jean et Renée Cabiac eurent ensemble deux filles et deux fils.

Renée Cabiac adhéra en 1936 au PCF de Miramas, où elle fut très active.
Elle participa également à l’activité du comité de l’Union des Femmes Françaises. A l’occasion du congrès national de l’organisation en 1972, un article consacré au comité de Miramas publié dans Heures claires (mensuel de l’UFF) mit en avant plusieurs de ses camarades dont Juliette Demory, Denise Clément, Mimi Xéridat, Paulette Argiolas, Danièle Juana, Rosette Caramini, Simone Gachon et Marie-Claire Pédinielli.
Créé en mars 1969, le comité local comptait alors 30 membres. En juin 1972, il en comptait 140. Les militantes organisaient deux réunions par jour (une la journée pour les ménagères et une autre le soir pour les travailleuses), une kermesse de 3 jours lors de la Fête des Mères, une fête pour la Journée internationale des Femmes, une autre pour la revue Heures claires ainsi que pour d’autres occasions. Elles tenaient des stands lors des ferrades (fêtes provençales pour le marquage au fer des jeunes taureaux), vendant la revue de l’organisation, des petits travaux faits à la main, du linge et de l’artisanat local qui leur était laissé en dépôt-vente. En 1972, l’UFF de Miramas organisa un concours de dessins d’enfants pour la sauvegarde de la nature.

En 1985, Renée Cabiac était membre de la cellule Blanc Croizat du PCF de Miramas, comme l’atteste une liste des membres rédigée par la trésorière Paulette Argiolas.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234032, notice CABIAC Renée [BALLON Renée, épouse CABIAC], version mise en ligne le 11 novembre 2020, dernière modification le 14 novembre 2020.

SOURCES : Dénombrement de 1906, Département de Vaucluse, Arrondissement d’Orange, Canton de Bollène, Commune de Mondragon. — Relevés collaboratifs, Recensements, Miramas, Bouches-du-Rhône, 1931 (publié sur Généanet). — Article de Danièle Jeammet dans Heures claires N°96 (nouvelle série) de septembre 1972. — Article nécrologique de La Marseillaise (sans date). — Archives Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément