DÉSIRÉ Gaston, Georges

Par Gérard Larue

Né le 3 novembre 1922 à Selles (Haute-Saône), mort le 23 mars 1995 à Vandoeuvre (Meurthe-et-Moselle) ; pâtissier ; réfractaire au Service du travail obligatoire (STO) ; Résistance dans le maquis en Haute-Saône ; déporté à Sachsenhausen-Oranienburg (Allemagne).

Fils de Désiré Emile, garçon-meunier et de Gabrielle Julia Thomas sans profession, Il habitait à Passavant-la-Rochère (Haute-Saône) proche de son lieu de naissance.
En avril 1949, Gabriel Morge, résistant homologué, certifia sur l’honneur que « Désiré Gaston de Passavant-la-Rochère, a fait partie du camp de réfractaires dans les bois du Morillon, commune d’Ambiévillers (Haute-Saône) de juin 1943 à septembre 1943 date à laquelle le camp fut vendu par le traître Beaumont. »
« Gaston Désiré assista à tous les parachutages d’armes et d’explosifs [notamment celui du 17 août 1943] et fit partie de nombreuses missions où il s’en tira toujours avec honneur. Depuis septembre 1943 il se cachait. Mais le 22 novembre 1943, il fut arrêté par la Gestapo d’Epinal (Vosges), avec de nombreux camarades dont six furent fusillés le 5 février 1944 au champ de tir du quartier de la Vierge à Epinal [Marcel Brégier, Jean Aubertin, Joseph Bigé, Albert Vilminot, Jean Tinchant, Bertrand Foliguet] ».
Condamné à mort par le tribunal militaire d’Epinal, sa peine fut commuée à 20 ans de réclusion. Gaston Désiré fut déporté le 24 janvier 1944 au camp de Sachsenhausen-Oranienburg (Allemagne), commando de Heinkel, matricule N° 117143, block 15, dans un convoi de 442 hommes et 184 femmes.
Il fut libéré le 4 mai 1945 et rentra le 30 mai à Lille (Nord).
Gaston Désiré se maria le 16 décembre 1948 à Stains (Seine, Seine-Saint-Denis) avec Denise, Mauricette Plançon avec laquelle il demeurait 36 rue Michelet même commune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234154, notice DÉSIRÉ Gaston, Georges par Gérard Larue, version mise en ligne le 14 novembre 2020, dernière modification le 14 novembre 2020.

Par Gérard Larue

SOURCES : SHD Bureau Résistance GR 16 P 179488. – Fondation pour la Mémoire de la Déportation. – Jean Reuchet Le désarroi, la Souffrance, l’Espoir par les combattants de la Résistance de Haute-Saône sous la direction de Jean Reuchet, Éd. Crimée, le récit de Maurice Decousse, rapporté par André Boran à propos « du maquis du Morillon, un des premiers maquis de l’Est de la France » Site internet. – État-civil de Selles et de Stains.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément