DUPUY Charles

Par Albert Ayache

Né le 4 avril 1908 à Saint-Ost (Gers), mort le 7 mars 2000 à Colombes (Hauts-de-Seine) ; agent des PTT ; syndicaliste et militant communiste.

Fils d’un petit boulanger rural, Charles Dupuy, après des études primaires, se présenta à un concours des Postes en France, puis demanda un emploi dans les Postes chérifiennes. Nommé à Marrakech en 1926, il prit sa carte de la CGT et fit son service militaire au Maroc (1928-1930). Affecté à Midelt, il adhéra à la CGTU et milita, dans « le groupement amical de toutes les catégories des PTT au Maroc » fondé par César Erdinger, jusqu’à la réunification syndicale en 1935.
C’est depuis Tanger (1931-1933), et sous l’influence de son ami Pantier* qu’il s’orienta vers le communisme. À Casablanca, où il fut nommé avec Pantier, son aspiration s’affirma avec la connaissance en 1934 d’hommes soucieux de s’opposer aux entreprises de la droite. Aussi au début de 1935 quand fut connue la nouvelle de la condamnation de Jules Dumont, il organisa la reproduction et la diffusion du tract « Maroc rouge » qui fit scandale dans le Maroc colonial.

Charles Dupuy prit ensuite des contacts avec Paris, se rendit à Moscou, participa à des groupes d’études marxistes et à la création de sections France-URSS et Amsterdam-Pleyel à Casablanca (1935-1936). Le 6 octobre 1936, on le trouve dans la délégation de communistes qui fut reçue par le général Noguès, première manifestation publique d’un mouvement communiste au Maroc et point de départ de l’organisation.

Membre du premier comité régional du « Parti communiste au Maroc », chargé de la trésorerie et du journal Clarté, il fut élu en janvier 1937 trésorier adjoint de l’Union des syndicats confédérés du Maroc (CGT). Il se trouvait être à la fois responsable du journal syndical Travail et du journal communiste Clarté. C’est à lui qu’il revint de s’opposer aux manœuvres du groupe Grondin lors du comité régional du 4 avril 1937 qui aboutit à la cassure du jeune parti.

Sanctionné par son administration, Charles Dupuy fut muté en fin 1937 à Souk et Arba du Gharb, ce qui mit fin à ses différentes responsabilités. Arrêté en juin 1940, interné à Bou Denib, libéré le 24 décembre 1942, il assista au deuxième Comité central du Parti communiste marocain, fin décembre 1942, et à la reconstitution de l’Union des syndicats confédérés du Maroc, fin 1943.

Il resta après la Libération un militant syndicaliste et communiste. Il fut expulsé du Maroc en 1952. Il ne retrouva son poste que cinq ans plus tard, en 1957, à Châlons-sur-Marne. Trésorier fédéral des PTT dans les années soixante, "Charlot", comme l’appelaient familièrement les militants, travailla à Paris-Montparnasse puis Paris-Clignancourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23419, notice DUPUY Charles par Albert Ayache, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 février 2011.

Par Albert Ayache

SOURCES : Albert Ayache, Histoire du mouvement syndical au Maroc, t. 1, 1919-1942. — Albert Ayache, « Les communistes du Maroc et les Marocains » (1936-1939) in Cahier n° 3 du Mouvement social, 1978. — Témoignage de son fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément