VERBAYST Prosper.

Par Jean Neuville, avec la collaboration de Renée Dresse

Typographe, dirigeant de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), cofondateur du journal Le Gutenberg.

Prosper Verbayst occupe successivement diverses fonctions au sein de l’Association libre ; trésorier adjoint du 8 décembre 1871 au 6 juin 1872, secrétaire adjoint du 7 juin 1872 au 4 juin 1874, secrétaire du 5 juin 1874 au 3 décembre 1874, économe du 8 décembre 1876 au 6 mars 1879 et vice-président du 6 juin 1879 au 2 décembre 1880.

Membre du comité décidé sur la proposition d’Antoine Logé dans la séance du 6 juillet 1871 de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles pour étudier la question de l’apprentissage et aviser des mesures à prendre.
Au début de 1877, l’Association se lance dans une grève pour obtenir une augmentation salariale refusée depuis près d’un an par les patrons. Lors de l’assemblée générale du 19 avril 1877, Prosper Verbayst est rapporteur de la commission pour la vérification des comptes suite à la grève.

Prosper Verbayst fonde avec Jules Legrand du journal, Le Gutenberg, dont le premier numéro paraît en octobre 1872. Tous collaborent avec Henri Kats au Gutenberg qui cède la place en 1875 à L’Imprimerie belge, « organe purement technique, s’occupant surtout de tous les progrès et des perfectionnements apportés dans l’industrie de la typographie, de la lithographie et de la construction mécanique ». Il fait partie de la commission créée le 5 mars 1877 pour examiner la proposition d’adhésion à la Chambre du travail.

En juin 1870, Prosper Verbayst prend l’initiative, avec Kats et Legrand, de fonder une imprimerie coopérative. Lorsque celle-ci est légalement constituée le 12 juin 1874, il figure parmi les fondateurs cités dans l’acte constitutif de la société. Il fait partie du conseil d’administration et est désigné comme gérant provisoire. Il refuse sa désignation définitive à cette fonction et Henri Kats le remplace, lequel démissionne quelques mois plus tard suite aux pressions du conseil d’administration voulant revoir à la baisse les frais de loyer et de personnel. Verbayst reprend alors la gérance, mais, en novembre 1879, la coopérative doit cesser ses activités en raison de problèmes de trésorerie, des imprimés pour l’administration n’étant pas payés comptant.

Le 1er août 1877 paraît le premier numéro du journal Le Typographe, dont il est l’un des fondateurs. Il fait partie du comité organisateur du Congrès typographique international de Bruxelles en juillet 1880 et y présente un rapport sur la « Solidarité à établir entre toutes les associations typographiques sans distinction de nationalité » et un autre sur la « Création des caisses de retraite ». En 1878, Verbayst est membre de la société rationaliste, Les Cosmopolitains. Il réside alors Montagne des Aveugles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234227, notice VERBAYST Prosper. par Jean Neuville, avec la collaboration de Renée Dresse, version mise en ligne le 16 novembre 2020, dernière modification le 16 novembre 2020.

Par Jean Neuville, avec la collaboration de Renée Dresse

SOURCES : HUBERT E., Historique de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs-typographes de Bruxelles, Bruxelles, 1892, p. 155, 164, 183, 184, 189, 192, 193 – BERTRAND L., Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes - Les idées - Les faits, t. 1, Bruxelles, 1902, p. 448 à 472.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément