MOLLE François

Par André Balent

Né le 12 septembre 1912 aux Bordes-sur-Lez (Ariège), mort à Saint-Girons (Ariège) le 20 août 1944 ; coiffeur à Saint-Girons ; victime civile des combats de la Libération de Saint-Girons.

François Molle, coiffeur à Saint-Girons, fut tué dans la nuit du 20 au 21 août 1944. Il était sorti de son salon et regardait ce qui se passait à l’extérieur.

Le 1er bataillon de la Légion du Turkestan, encadré par des officiers allemands venaient du Comminges (Haute-Garonne) où ses hommes étaient en garnison. Ils se repliaient vers l’est, en direction de la vallée du Rhône, après avoir abandonné leurs cantonnement à Saint-Gaudens ou Mazères (Haute-Garonne), exécutant l’ordre de l’état-major du groupe d’armée G qui avait ordonné ce repli à la suite du débarquement allié en Provence, le 15 août 1944. Le 20 août, les résistants du Couserans — maquis de la Crouzette avec les FTPF (2e compagnie de l’Ariège) et les guérilleros de l’AGE (3e bataillon de la brigade de l’Ariège) — avaient pénétré dans Saint-Girons et avaient, une première fois, libéré la ville. La légion du Turkestan entra dans Saint-Girons par le pont sur le Lez après 19 heures. Ses hommes terrorisèrent nuitamment la population, pillant, saccageant, violant. Sept civils furent tués, le plus souvent par des balles perdues, parmi eux, François Molle, sur le pas de sa porte.

Le nom de François Molle est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Girons.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234351, notice MOLLE François par André Balent, version mise en ligne le 18 novembre 2020, dernière modification le 22 novembre 2020.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Ariège, 64 J 23, fonds Claude Delpla, listes manuscrites et fiche individuelle manuscrite (Molle François). — Claude Delpla, La libération de l’Ariège, Toulouse, Le Pas d’Oiseau, 2019, 514 p. [p. 211]. — Site MemorialGenWeb consulté le 17 novembre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément