VIGIER Michel, Lucien, Georges

Par Eric Panthou

Né le 22 mars 1932 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; ouvrier du Livre typographe ; militant syndicaliste à la CGT ; militant communiste, élu au Bureau fédéral du PCF du Puy-de-Dôme.

Fils d’Edmond Vigier, ancien ouvrier du Bois devenu permanent syndical à l’UD CGT, et d’Annette Genestine, Michel Vigier est l’aîné d’une fratrie de trois garçons.
Détenteur d’un Certificat d’études (CEP) et d’un CAP de typographe, il fit son apprentissage aux Imprimeries Mont-Louis, puis aux Imprimeries Valier (devenues ITQA), puis FOMAC. Licencié de FOMAC, il exerça plusieurs petits boulots notamment dans un cabinet d’architecte. Il fut embauché en 1968 à l’imprimerie du quotidien « La Montagne » jusqu’à sa retraite survenue en 1987.
Il épousa Denise Fenon le 12 décembre 1953. Celle-ci a travaillé au Groupement répartiteur hôtelier puis au service des constructions provisoires. Le couple eut trois enfants : François, Danièle et Rémi.

Alors que son père était permanent au secrétariat de l’UD CGT et membre du Comité fédéral du PCF, Michel Vigier adhéra au PCF en 1950.
Il fut élu au comité fédéral du PCF du Puy-de-Dôme dès la 7ème conférence de février 1952, réélu en février 1953 puis mai 1954. A l’âge de 24 ans, il intégra le Bureau fédéral à l’issue de la Xéme Conférence fédérale, 26 et 27 mai 1956, aux côtés de son père jusqu’en 1966. Il était alors secrétaire de la section Gabriel Péri de Clermont-Ferrand. Son plus jeune frère, Maurice, intégra le comité fédéral en 1964.
Réélu en mai 1957, Michel était alors membre de la Commission exécutive du syndicat du Livre CGT de Clermont-Ferrand. On ne lui connaît pas d’autres responsabilités syndicales.
Il fut réélu au bureau fédéral moins jusqu’en 1966. En 1961, Denise Vigier, son épouse, intégra le Comité fédéral du PCF pour un mandat.
Michel Vigier fut secrétaire de la section Gabriel Péri du PCF, devenue la section EST (quartiers est de clermont et proche banlieue). Puis il fut membre du comité de section de Clermont, devenu comité de Clermont-ville. Il fut très impliqué dans l’aide à la section d’Ambert et la promotion d’André Chassaigne.
Il fut également élu adjoint à la Mairie de Clermont-Ferrand puis conseiller municipal à Saint-Amant-Roche-Savines.
Resté membre du Parti communiste, il a fait partie de l’équipe historique qui a crée l’IHS-CGT 63, aux côtés de son frère Maurice.
Il a toujours vécu à Clermont-Ferrand aux côtés de son épouse, décédée en 2017.
Ses trois enfants ont été adhérents au PCF et, au moins pour ses deux fils, militants à la CGT.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234355, notice VIGIER Michel, Lucien, Georges par Eric Panthou, version mise en ligne le 18 novembre 2020, dernière modification le 21 novembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : Archives fédération PCF du Puy-de-Dôme. — Informations communiquées par Maurice Vigier, son frère.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément