GROSSVOGEL Jeanne, née PESANT [Joanna, Ferdinanda dite]

Par Dominique Tantin, Annie Pennetier

Née en septembre 1901 à Bevere Oudenaarde (Belgique), guillotinée le 6 juillet 1944 dans la prison de Berlin-Plötzensee (Allemagne) ; nationalité belge ; résistante de l’Orchestre rouge.

Jeanne Fernande Pesant épouse divorcée de Robertus Schouls, épousa Léon Grossvogel en mai 1938, au bureau d’enregistrement de Hoborn à Londres. Le couple donna naissance à une fille, Nicole Germaine Grossvogel, née à Uccle (aujiurd’hui une des dix-neuf communes de la région de Bruxelles-Capitale), le 22 octobre 1942.
Léon ou Léo Grossvogel était né en novembre 1904 à Lodz (Pologne). Fils de Osias Grossvogel qui était un érudit religieux juif, il fut élevé à Strasbourg puis vécut en Palestine. Il y fit la connaissance de Léopold Trepper. Il rejoignit Gand en 1926 et devint directeur commercial de la Société Au roi du Caoutchouc, qui fabriquait des vêtements imperméables. Jeanne Pesant dirigeait la succursale d’Ostende du Roi du Caoutchouc où ils se connurent. Il s’agissait d’une entreprise de couverture financée par des fonds communistes internationaux. Elle revendit, en avril 1939, pour 200 000 F belges, la succursale d’Ostende à Mikhaïl Makarov officier du GRU (service secret de l’Armée soviétique), chargé de construire l’appareil technique d’un réseau en Belgique.
Membre du PC belge mais contraint à la clandestinité, Léon Grossvogel mit en place un service de faux papiers. Il fut – avec son épouse – un membre essentiel de l’Orchestre rouge, un des trois plus importants avec Léopold Trepper et Hillel Katz. Repéré par la Gestapo le 17 octobre 1942, logé, il fut dans une situation difficile après l’arrestation de Trepper le 24 novembre 1942. Jeanne fut arrêtée le 25 novembre à Bruxelles. La Gestapo avait tenté, sans succès, d’attirer Léo Grossvogel sur le lieu de l’accouchement. Léo fut lui-même arrêté le 30 novembre 1942 par la BS1, à 20h, devant le restaurant Le Courcelles à Paris. Hillel Katz connut le même sort le 2 décembre 1942. Torturé, Léo fut emprisonné à Fresnes. Il fut longtemps gardé en vie pour servir dans les enquêtes et les échanges. Il semble avoir été condamné secrètement par un tribunal de Luftwaffe et exécuté, soit à Fresnes, soit plus vraisemblablement en 1945 en Allemagne, comme plusieurs membres de l’Orchestre rouge.

Jeanne Grossvogel fut internée à Saint-Gilles puis à Breendonck (fort à l’Ouest de Malines où étaient regroupés les prisonniers de l’Orchestre rouge), condamnée à mort en mars 1943 à Paris, sans doute par un tribunal de la Luftwaffe, transférée à Moabit (Berlin, Allemagne), elle fut guillotinée le 6 juillet 1944 dans la prison de Berlin-Plötzensee (Allemagne). Elle avait été gardée en vie 16 mois pour faire pression sur Léo Grossvogel ou pour être monnayé malgré son refus de coopérer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234418, notice GROSSVOGEL Jeanne, née PESANT [Joanna, Ferdinanda dite] par Dominique Tantin, Annie Pennetier, version mise en ligne le 20 novembre 2020, dernière modification le 21 novembre 2020.

Par Dominique Tantin, Annie Pennetier

SOURCES : Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l’Orchestre rouge, Nouveau monde éditions, 2015. — FMD. — Jeanne Grossvogel : notice Léon Grossvogel dans Wikipédia. — Mémorial de la Shoah-CDJC. — Christian Langeois, Les chants d’honneur de la Chorale populaire à l’Orchestre rouge, Suzanne Cointe (1905-1943), Cherche midi, 2017.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément