COHEN Léon, Jack

Par Jean-Luc Marquer

Né le 9 octobre 1935 à Paris (IXe arr.), massacré le 21 août 1944 à Grenoble (Isère) ; écolier ; victime civile

Issu d’une famille juive, Léon, Jack Cohen, couramment appelé Jacky, était le fils de Michel et de Flore Faraggi.
Avant la guerre, la famille vivait à Paris. On ne sait à quel moment elle s’installa à Grenoble (Isère).
Michel Cohen était de nationalité britannique, ce qui lui valut d’être interné de mars 1944 à septembre 1944 au camp de Saint-Denis (Seine, aujourd’hui Seine-Saint-Denis), un camp destiné aux citoyens britanniques, américains et ressortissants des pays membres du Commonwealth âgés de 15 à 65 ans.
Jack Cohen habitait au premier étage d’un immeuble au 18 Grande Rue à Grenoble avec sa mère et ses grands-parents, Léon Faraggi et Rachèle Sasson, épouse Faraggi.
Au rez-de-chaussée de l’immeuble se trouvait le magasin que gérait la famille.
Dans la nuit du 20 au 21 août 1944, vers 1h30, un groupe d’inconnus, composé de 6 à 8 hommes vêtus d’uniformes de Waffen-SS, fit irruption dans l’appartement.
Des témoins entendirent une violente dispute où il était question « de juifs, d’argent et de départ pour un camp d’internement ».
Puis les quatre membres de la famille furent conduits sur le pont suspendu au-dessus de l’Isère qui relie le centre ville au quartier Saint Laurent.
Là, ils furent abattus à coups de pistolet et et les corps précipités dans l’Isère.
Les Waffen-SS revinrent ensuite sur leurs pas et pillèrent le logement et le magasin.
Il ne fait aucun doute que ces meurtres furent commis par des français membres de la Milice ou du P.P.F sous uniforme des Waffen-SS. L’un d’entre eux au moins fut identifié.
Les corps de Rachèle Faraggi et Flore Cohen furent trouvés à proximité du pont suspendu quelques heures après leur exécution.
Le corps de Léon Faraggi fut trouvé plus en aval, près des abattoirs, quai Créqui, le 28 août 1944.
Le corps de Jack Cohen fut trouvé le 9 septembre 1944 au barrage de Châteauneuf-sur-Isère (Drôme), une balle dans le coeur.
L’acte de décès établi pour un inconnu fut rectifié par un un jugement du tribunal civil de Valence (Drôme) du 22 novembre 1944.
Jack Cohen est enterré aux côtés de sa mère et de ses grands-parents, au cimetière Saint-Roch de Grenoble, carré 6, rang 7, emplacement 01041.
Son nom figure sur une plaque commémorative apposée au siège des Éclaireuses et Éclaireurs Israélites de France, 27 avenue de Ségur, Paris (VIIe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234423, notice COHEN Léon, Jack par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 21 novembre 2020, dernière modification le 21 novembre 2020.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 406 et 540 — Germain Séverine, Guy Éclache Enquête sur un ultra de la Collaboration, PUG, 2018 — Mémorial GenWeb — https://www.gescimenet.com — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément