NIGON Robert, Henri, Eugène

Par Michel Beurrier, Eric Panthou

Né le 19 octobre 1923 à Durmignat (Puy-de-Dôme), mort le 13 mars 2013 à Désertines (Allier) ; mineur ; secrétaire du syndicat des mineurs de Saint-Eloy-les-Mines ; militant communiste, membre du Comité fédéral du PCF du Puy-de-Dôme.

Robert Nigo est le fils d’un mineur de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme).
Il se maria en septembre 1951 avec Renée Darchis, assistante maternelle. Le couple eut une fille, née en 1951.
Robert Nigon prit très jeune conscience de l’injustice sociale en 1931, à l’âge de 9 ans. Dès 13 ans, en 1936, il entame son activité militante en aidant son père à distribuer des tracts. Pendant la guerre, réfractaire au STO, il réussit à s’évader et à rejoindre les FTP.
Après guerre, il est embauché à la mine de Saint-Eloy-les-Mines. Il milite syndicalement et quand survient la scission syndicale, la CGT se trouve très affaiblie. Il accepte malgré son jeune âge d’être candidat aux élections professionnelles et est élu avec 80% des voix. Il fut réélu continuellement jusqu’à sa retraite.
Il fut également secrétaire du syndicat CGT des mineurs de Saint-Eloy durant de nombreuses années à partir des années 1950.
Il a assuré ses fonctions de délégué-mineur avec une grande rigueur, étant confronté à plusieurs crises, notamment la catastrophe de 1950 qui fit 16 morts. Il a été aussi administrateur des Houillères d’Auvergne. Il a été élu administrateur puis Président de la Caisse de Secours minière qui sous sa direction a connu un grand essor.
Il s’est aussi engagé politiquement en tant que militant communiste.
ll a été élu au Comité fédéral du PCF du Puy-de-Dôme à l’issue de la 6ème conférence fédérale, 28 et 29 janvier 1950. Non réélu en 1952, il l’est de nouveau en 1953 mais lors de la conférence suivante, du 22 au 23 mai 1954, il n’est pas proposé par le bureau fédéral qui écrit : "ouvrier mineur, ce camarade a été élu en son absence. Il n’a jamais assisté au comité fédéral. Déjà, il avait été membre du Comité fédéral et en avait été enlevé pour les mêmes raisons. Les camarades de sa section avaient pensé qu’il changerait et avaient insisté pour que sa candidature soit retenue à la précédente conférence fédérale." Son activité de délégué-mineur explique sans doute ses difficultés à exercer son mandat au sein de l’instance fédérale. Les mêmes problèmes de disponibilités et d’absence d’activités fédérales furent constatés avec son prédécesseur, Amédée Léonard, lui aussi délégué-mineur et secrétaire du syndicat des mineurs de Saint-Eloy.
Robert Nigon a été à plusieurs reprises conseiller municipal, candidat à plusieurs reprises aux cantonales mais jamais élu. Il est resté communiste jusqu’à son décès, membre de la cellule Jean-Marie Fondras, de Saint-Eloy-les Mines.
Il était Chevalier dans l’ordre national du Mérite.
Plus de 400 personnes lui rendirent hommage lors de ses obsèques devant la stèle du Puits Saint-Joseph ou encore au cimetière de Durmignat,, en présence de Robert Lajoie, ancien membre du bureau de la fédération des travailleurs du sous-sol.
En juin 2014, une plaque en son nom fut apposée sur le bâtiment du Centre de santé, à Saint-Eloy-les-Mines, centre de santé aujourd’hui ouvert à tous a été mis en place sous la présidence du conseil d’administration de la caisse de secours minière D34 à laquelle Robert Nigon avait été élu en 1965.
Une association des Amis de Robert Nigon a été créée en 2014 ; elle vise à entretenir la mémoire de la corporation minière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234462, notice NIGON Robert, Henri, Eugène par Michel Beurrier, Eric Panthou, version mise en ligne le 21 novembre 2020, dernière modification le 26 novembre 2020.

Par Michel Beurrier, Eric Panthou

SOURCES : Archives fédération PCF du Puy-de-Dôme. — Nécrologie de Robert Nigon, par Michel Beurrier, Regards sur l’Auvergne, n°796, 30 mars 2013. — « Un hommage mérité à Robert Nigon », La Montagne, 6 décembre 2011. — "Un hommage rendu à Robert Nigon", La Montagne, édition Riom, 23 mars 2013. —"Une plaque à l’effigie de Robert Nigon", La Montagne, édition Riom, 22 juin 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément