SABORIT André [SABORIT Estupa, André]

Par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 26 décembre 1919 à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), mort le 16 juillet 1994 à Martigues (Bouches-du-Rhône) ; militant communiste de Port-de-Bouc.

Selon les souvenirs de Joseph Brando, figure importante de la Résistance à Port-de-Bouc, quatre jeunes hommes participèrent pendant l’Occupation à remettre sur pied les Jeunesses communistes qui avaient été dissoutes par le gouvernement : Michel Barrat, Louis Barsotti, François Caparros et André Saborit. Si plusieurs ouvrages reconnus ont évoqué le rôle des trois premiers, il semble que l’action du dernier ait souvent été oubliée.
Brando et Caparros ont daté l’événement à novembre 1940, tandis que les recherches Jean Domenichino parlent d’un premier triangle constitué fin janvier 1941.
Barrat et Barsotti, après avoir été arrêtés une première fois et libérés faute de preuves, furent une nouvelle fois arrêtés, jugés en juillet 1941 et emprisonnés. Le second connut même l’horreur de Buchenwald. Néanmoins, leurs camarades n’ayant pas parlé, Caparros et Saborit ne furent pas inquiétés par les autorités.

On ignore la suite du parcours d’André Saborit.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234538, notice SABORIT André [SABORIT Estupa, André] par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 7 décembre 2020, dernière modification le 20 janvier 2021.

Par Renaud Poulain-Argiolas

SOURCES : Joseph Brando, Notes d’histoire vécue à Port-de-Bouc durant l’occupation allemande de 1940 à 1945, [sans date]. — Données du site Généanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable