HARMEL Simone

Par Anne Mathieu

Journaliste ; militante au Comité Mondial des Femmes contre la guerre et le fascisme

Simone Harmel fut rédactrice en chef de Jeunes (1933), l’hebdomadaire de l’Internationale Jeune - laquelle ne doit pas être confondue avec l’organisation JEUNES de Jean Nocher*. Dans le premier numéro de l’hebdomadaire, il était indiqué que cette Internationale Jeune avait "pour but de coopérer à l’instauration dans le monde de la civilisation nouvelle, essentiellement spirituelle" (Jeunes, 20 janvier 1933).

Le nom de Simone Harmel figura le 16 février 1934 dans Comoedia, à l’occasion d’une conférence sur « L’art futur, l’art de l’histoire nouvelle » prononcée à Paris en compagnie de l’artiste-peintre Marie-Antoinette Boullard-Devé (1890-1970).

Mais c’est en tant que membre du Comité des femmes contre la guerre et le fascisme (CMF) et collaboratrice à son organe Femmes dans l’action mondiale, devenu par la suite Femmes, que son nom semble être surtout apparu dans les années 1930. Elle y tint une rubrique de cuisine, thématisée par région, y signa des articles traitant des femmes et de la maternité (par exemple « Crèches », en décembre 1938). En décembre 1937, elle y publia un reportage « Navidad en Espagne », nous permettant de savoir qu’elle était alors en Espagne.
Intervenante lors du congrès du CMF en 1937, elle prit également la parole plusieurs fois au nom de celui-ci. Lors d’un meeting de « Paix et liberté », le 13 janvier 1939, salle du Patronage laïque dans le XVe arrondissement de Paris ; lors d’un meeting du front populaire pour l’aide à l’Espagne, le 7 février 1939 à Juvisy (à ses côtés, parmi d’autres orateurs, figuraient Andrée Marty-Capgras, pour le comité national de « Paix et liberté ») ; lors de la « commémoration de la République espagnole » organisée le 21 avril 1939 par le Secours Populaire de Paris, à la Maison Romain Rolland cité Henri, place des fêtes (XIXe arrdt).
C’est d’ailleurs sur le sujet de l’Espagne que l’on relève son nom comme éphémère reportrice de l’Humanité, le 5 février 1939, relatant l’arrivée de réfugiés espagnols en gare de Juvisy.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle collabora à l’organe de la CGT, Le Peuple, à Franc-Tireur et à Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article234588, notice HARMEL Simone par Anne Mathieu, version mise en ligne le 25 novembre 2020, dernière modification le 14 janvier 2022.

Par Anne Mathieu

ŒUVRE : Le Sabbat des innocents, Paris, Julliard, 1953

Anne Mathieu, Nous n’oublierons pas les poings levés - Reporters, éditorialistes et commentateurs pendant la guerre d’Espagne, Paris, Syllepse, 2021. — Anne Mathieu, « Ménagères et militantes. Les Femmes dans l’action mondiale », La Revue des revues, n° 64, « Femmes en revue », automne 2020, pp. 66-83. — Journaux et articles de presse cités dans la notice.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément