DURAND Marguerite [née BEUNAT Marcelle, Marthe, Marguerite]

Par Jacques Girault

Née le 5 janvier 1890 à Tarbes (Hautes-Pyrénées), morte le 30 janvier 1985 à Pau (Pyrénées-Atlantiques) ; professeure puis directrice d’EPS ; résistante en Corrèze.

Fille d’un chef d’escadron, devenu colonel d’artillerie, Marguerite Beunat entra à l’École normale d’institutrices de Nîmes (Gard) en 1905. Elle effectua sa scolarité en 1907-1908 à l’École normale de Tarbes avant d’effectuer une année préparatoire à celle de Caudéran (Gironde). Reçue au concours sciences de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses en 1910, elle obtint le certificat d’aptitude au professorat des écoles normales et des écoles primaires supérieures (sciences) en 1913, auquel s’ajoutèrent des certificats de coupe, d’enseignement ménager et de gymnastique (obtenu en 1908). Après avoir préparé par correspondance le certificat de licence de mathématiques générales, elle obtint en 1913 à la faculté de Toulouse, les certificats de chimie générale, de physique et de sciences naturelles.

Professeure à l’EPS d’Aire-sur-l’Adour (1913- 1914), Marguerite Beunat fut nommée à l’École normale d’institutrices de Tulle (Corrèze) à la rentrée 1914. Un de ses frères mourut au front. Elle fut tour à tour professeure de mathématiques chargée de l’économat à l’École normale de Tarbes (1926-1926) professeure à l’EPS de Blois (Loir-et-Cher) de 1926 à 1929, puis elle dirigea l’école primaire supérieure d’Objat (Corrèze) à partir d’octobre 1929. Elle épousa en août 1930 à Brive (Corrèze), Alfred Durand, né le 9 septembre 1891, professeur. Ce dernier avait d’un premier mariage deux enfants. Ils en eurent un autre.

Marguerite Durand obtint la direction de l’EPS, futur collège moderne, de Tulle (Corrèze) en 1934 et elle la conserva jusqu’à sa retraite en 1951. Dans ces diverses affectations, elle avait appartenu aux associations professionnelles.

En 1941, le recteur envisageait de la déplacer. Il fut appuyé par l’inspection générale qui la jugeait peu enthousiaste par rapport aux orientations ministérielles : « La réforme de l’enseignement, l’éducation nouvelle et la situation générale la tiennent réticente » précisait le rapport d’un inspecteur en 1942. Les locaux du collège furent partiellement utilisés par les troupes allemandes, ce qui accru les tensions. Elle participa activement à la Résistance ainsi que d’autres enseignants de l’établissement. Son mari, professeur de physique au lycée de garçons, fut aussi très actif. À la Libération, l’inspecteur d’académie indiquait qu’elle « s’est particulièrement distinguée pendant les années de guerre, par son attitude de résistante, sans défaillance » et qu’elle « a maintenu un moral élevé chez tous, dans son collège ».

Retraité, le couple alla habiter Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23475, notice DURAND Marguerite [née BEUNAT Marcelle, Marthe, Marguerite] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 17 novembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCE : Arch. Nat. F 17/16084, 25425.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément