DURET Robert, Marcel

Par Jacques Girault, Julien Veyret

Né le 2 septembre 1933 à Lyon IVe arr. (Rhône) ; professeur ; syndicaliste du SNET dans le Jura.

Robert Duret était le fils d’un commis des PTT. Ses parents lui firent donner une instruction catholique au catéchisme. Élève au collège moderne et technique de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), il entra à l’École normale d’instituteurs de Bonneville en octobre 1948. Après avoir obtenu le baccalauréat « mathématiques élémentaires » à l’ENI d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), il prépara au lycée Fauriel de Saint-Étienne (Loire), le concours d’entrée à l’École normale supérieure de l’enseignement technique, qu’il réussit (section A1) en 1954.

Après avoir découvert l’activité syndicale à Bonneville et signé l’appel de Stockholm, il adhéra au Syndicat national de l’enseignement technique à l’ENSET où il participa, avec les communistes, aux luttes politiques et syndicales contre la politique algérienne des gouvernements successifs. Après 1956, il prit quelques distances avec le PCF.

En 1957, Robert Duret fut nommé professeur certifié à l’école nationale professionnelle de Morez (Jura). Il effectua son service militaire dans l’armée de l’Air au Maroc, puis à Caen (Calvados), et enseigna pendant 18 mois à l’école des apprentis mécaniciens de Rochefort (Charente-Maritime). Il reprit son poste à Morez et enseigna les mathématiques, la physique, l’électricité, la métallurgie, l’optique. À partir de 1962, il exerça dans les nouvelles sections de techniciens supérieurs en optique et en instruments d’optique. Il termina sa carrière en 1993 au lycée Victor Bérard (ex-ENP) comme professeur agrégé, promu par liste d’aptitude.

Robert Duret fut secrétaire de la section du SNET de son établissement, et siégea au titre d’« Union pour une action syndicale efficace » à la commission administrative de la section régionale de Besançon en 1965. Il n’exerça pas de responsabilité après 1966. Soutenant la tendance « Unité et action », il resta syndiqué au SNES jusqu’en 2005, en désaccord avec le refus de voter « oui » au référendum sur la constitution européenne. Il resta adhérent à la Fédération générale des retraités.

Duret se maria religieusement en mars 1967 à Montbarroy (Jura) avec une assistante sociale à la Caisse d’allocations familiales du Jura. Le couple fit donner les premiers sacrements religieux à ses deux enfants. Éloigné de la religion, il s’en rapprocha par la suite.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23494, notice DURET Robert, Marcel par Jacques Girault, Julien Veyret, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 14 novembre 2021.

Par Jacques Girault, Julien Veyret

SOURCES : Fonds L. Astre. — Le Travailleur de l’enseignement technique. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément