CHARRIER Louis, Maurice

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 23 septembre 1925 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort en action le 10 juillet 1944 à Montaron (Nièvre) ; résistant des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Louis Charrier entra dans la Résistance au maquis de Fours-Montaron, issu de Libération-Nord (Nièvre). Il est aussi mentionné comme appartenant au maquis Louis.
Le maquis de Fours-Montaron fut attaqué suite à une dénonciation, le 10 juillet 1944 par environ 1000 soldats allemands qui encerclèrent la ferme de Corcelles servant de cantonnement aux maquisards et décimèrent le maquis. Il y eut 23 tués au combat ou exécutés parmi les résistants ainsi que plusieurs civils pris en otage. Les fermes de Corcelles, Chevannes et Saint-Firmin, où étaient installés les maquisards, furent détruites.
Louis Charrier était parmi les tués.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dossiers SHD GR 16 P 122088 et AC 21 P 42656 (non consultés).
Son nom figure sur les monuments commémoratifs, à Larochemillay et Montaron (Nièvre).

Montaron (Nièvre), ferme de Corcelles 10 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235008, notice CHARRIER Louis, Maurice par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 2 décembre 2020, dernière modification le 15 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation et de la Résistance dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Le journal du Centre En souvenir des 10 et 11 juillet 1944, article du 11 juillet 2018.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément