DURIF Gilberte [née LESAGE Gilberte, Marthe, Lucienne]

Par Claude Pennetier

Née le 19 février 1905 à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine), morte le 28 décembre 1985 ; militante communiste.

Fille d’un mouleur et d’une couturière, Gilberte Lesage adhéra aux Jeunesses communistes de Nanterre (Seine, Hauts-de-Seine) en 1921. Son père, Norbert Lesage, ancien guesdiste, comptait parmi les premiers communistes de la commune (il sera interné, pendant la Seconde Guerre mondiale, au camp d’Aincourt).

Gilberte Lesage devint, en 1923, secrétaire à l’action féminine du comité de la 4e Entente des Jeunesses communistes de la région parisienne ; elle écrivit quelques articles pour L’Ouvrière et L’Avant-garde ouvrière et communiste. Le 8 mars 1923, elle prit la parole lors du meeting du PC à Paris pour la Journée internationale des femmes, aux côtés de Marthe Bigot, Lucie Colliard et Louise Heuchel. En mars 1924, Gilberte Lesage fut perquisitionnée par la police.

Elle épousa, le 17 avril 1924, Robert Durif qui était responsable de l’orphelinat « L’Avenir social » et gérant du journal international des enfants ouvriers Le Jeune camarade. Installée à Orly (Seine, Val-de-Marne) en mai 1927, Gilberte Durif seconda son mari (réintégré dans l’enseignement comme instituteur) dans son action en faveur de l’enfance : club sportif, patronage laïque, collaboration au journal pour enfants Mon Camarade, création, en 1936, de la Fédération de l’Enfance et organisation, en 1937, de la première classe verte grâce à l’Œuvre parisienne des enfants à la montagne fondée par Louis Conlombant.

Devenue économe de colonies de vacances, Gilberte Durif poursuivit l’œuvre de son mari après le décès de celui-ci, survenu en 1947.

Gilberte Durif était mère de deux filles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23502, notice DURIF Gilberte [née LESAGE Gilberte, Marthe, Lucienne] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 septembre 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Renseignements communiqués par Huguette Bazile, fille de Gilberte et Robert Durif. — L’Humanité, 9 mars 1923 et 19 mars 1924. — J. Varin, Jeunes comme JC, op. cit. — Note de Julien Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément