DURIN Jean, Jacques, François

Par Jacques Girault

Né le 11 novembre 1934 à Champagney (Haute-Saône) ; professeur ; militant syndicaliste du SNEsup, militant communiste de Haute-Saône, adjoint au maire de Ronchamp.

Son père, Jacques, Jules Durin, garde forestier, conseiller municipal communiste de Champagney sous le Front populaire, résistant, fut arrêté le 12 décembre 1943 par les Allemands après dénonciation. Torturé à la prison de Vesoul, interné Nacht und Nebel au Struthof, puis à Compiègne, il fut déporté au camp de Grossrosen et mourut, le 4 décembre 1944. La mère de Jean Durin, résistante, éleva seule ses six enfants puis travailla pendant quinze ans comme ouvrière de filature. Ses parents ne le firent pas baptiser. Élève du cours complémentaire de Champagney, il entra à l’École normale d’instituteurs de Vesoul en 1949. Après avoir obtenu le baccalauréat (sciences expérimentales) et le certificat de fin d’études normales, il effectua une cinquième année à l’École normale d’instituteurs de Nancy pour préparer le concours d’entrée à l’École normale supérieure (Lettres) de Saint-Cloud, qu’il réussit en 1954.
Il adhéra à la cellule communiste de l’ENS dès cette année. Cinq élèves, dont quatre communistes, choisirent de commencer des études de russe. Après avoir obtenu une licence de lettres, Jean Durin partit pour une année (1956-1957) à l’Université de Moscou, année de fortes tensions. Des étudiants de l’Institut de cinématographie le remarquèrent dans une pantomime montée par les étudiants français, et lui proposèrent d’interpréter le rôle de l’étudiant Plonk dans le court métrage Les routes du Festival qu’ils réalisaient pour le présenter lors de l’ouverture du Festival de la Jeunesse à Moscou en 1957.

Jean Durin reprit ses études à l’ENS et fut reçu à l’agrégation de russe en 1959. Professeur au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg à partir d’octobre 1959, il enseigna aussi à l’Université de Strasbourg et habitait Ronchamp (Haute-Saône), où il reprit sa carte du PCF à son retour du service militaire. Secrétaire de la cellule de Ronchamp, il entra au comité de la fédération communiste en 1966. Il militait aussi à la société « Jeunesse et Culture » (sport, bibliothèque, loisirs des jeunes) dans le cadre de la Fédération des œuvres laïques.

Il se maria exclusivement civilement en mars 1980 à Paris (VIe arr.) avec Perrine Detœuf, communiste, fille de communistes, professeure de russe. Le couple n’eut pas d’enfant et divorça en 1997.

Élu conseiller municipal de Ronchamp sur une liste de gauche en 1965, Jean Durin devint adjoint au maire. Faute d’un accord, en 1971, il conduisit sans succès la liste communiste aux élections municipales. Il fut candidat communiste au Conseil général dans le canton de Champagney.

Il participa à une seule réunion de la section de politique extérieure du PCF consacrée à la situation de l’URSS à la fin des années 1970. Il signa l’appel « Union dans les luttes ». Il était toujours membre du PCF en 2013.

Jean Durin enseigna le russe à l’ENS de Saint-Cloud (1969-1995) où il termina sa carrière comme maître de conférences. Il publia à partir de 1970, avec T.A. Ossorguine des manuels de thèmes pour la préparation des concours de recrutement des professeurs de russe, sous l’égide de l’Institut d’études slaves de Paris à partir de 1970. Par la suite, il composa une méthode pour l’enseignement audio-visuel du russe.

Élu au titre du SNESup à la Commission nationale des universités (un seul mandat) et au conseil d’administration de l’ENS, il resta membre du SNESup après sa retraite.

Auteur d’une théorie, appelée stéréolinguistique, Jean Durin travaillait aussi sur les origines du langage. Il étudiait, à partir des figurations préhistoriques des pierres-figures, le rapport entre figuration et apparition du langage. Responsable de la parution du bulletin annuel de la Société d’études et de recherches préhistoriques des Eyzies pendant une vingtaine d’années, il y écrivait régulièrement des articles sur ces questions.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23504, notice DURIN Jean, Jacques, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 17 novembre 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Avec Tatiana Ossorguine, Thèmes russes d’agrégation et de CAPES. Première série (1970) : XVIIe-XIXe siècles ; deuxième série (1973) : XXe siècle ; troisième série (1978) : auteurs divers, Institut d’études slaves. — Avec Igor Merkoulov, Le Russe vivant : cours audio-visuel, Messidor-Globe, 2 livres et 5 cassettes, 1987.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

Iconographie : Le conseil municipal de Ronchamp (1965-1971), Jean Durin, premier à partir de la droite au premier rang. Au centre du premier rang, le maire Alphonse Pheulplin ancien délégué mineur.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément