DURIVAUX Constance [née BARBE Constance, Maria]. Dite DURIVAUX Marie

Par Jean-Pierre Besse

Née le 2 novembre 1898 à Mandray (Vosges), guillotinée le 24 août 1944 à Breslau (Allemagne, auj. Wroclaw, Pologne) ; employée aux Assurances sociales ; militante communiste ; résistante.

Constance Barbe était la fille d’un couple de cultivateurs et épousa en août 1926 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) Albert Durivaux. Marie Duriveaux était, avant 1939, trésorière départementale du Secours populaire de Meurthe-et-Moselle, membre du PCF et du Comité des femmes contre la guerre et le fascisme.

Avec ses collègues Marcelle Désirat et Louise Birgy, elle organisa la diffusion de la propagande communiste illégale fin 1940. Elle collabora à La Voix de l’Est clandestine à partir de janvier 1941. Une source signale qu’elle fut arrêtée le 4 septembre 1943. Le Livre mémorial écrit qu’elle fut déportée, après avoir été sortie d’une prison de la région parisienne, le 3 décembre 1942 au départ de la Gare de l’Est. Classée « NN », elle arriva à Aix-la-Chapelle le 4 décembre et fut transférée à la prison de Flussbach. Condamnée à mort, elle fut guillotinée à Breslau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23506, notice DURIVAUX Constance [née BARBE Constance, Maria]. Dite DURIVAUX Marie par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 23 février 2021.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, série M. — La Voix de l’Est, 4 août 1945. — La Fondation pour la mémoire de la déportation, Le Livre Mémorial..., op. cit. — Journal officiel, 26 mai 1989. — État civil de Mandray.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément