GOUSSOT René

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 20 septembre 1920 à Planchez (Nièvre), mort en action le 15 février 1944 à Moux, aujourd’hui Moux-en-Morvan (Nièvre) ; ouvrier agricole ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) homologué FFI.

René Goussot était le fils de Théophile, cultivateur et de Jeanne Guillaume, sans profession, domiciliés au lieu-dit "Ruisseau Morin". Il était célibataire et exerçait le métier d’ouvrier agricole.
Il entra dans la Résistance au maquis FTP Bernard, dont le camp était installé à Saint-Brisson. D’abord attaqué par les Allemands le maquis fut dissout par son chef qui se réfugia en Côte-d’Or. Pelletier, alias Joseph, adjoint de Bernard emmena avec lui une dizaine d’hommes et reforma un petit maquis dans les bois de Chassagne, au nord de Moux (Nièvre).
Ce maquis fut de nouveau attaqué sur dénonciation le 15 février 1944, mais cette fois par des miliciens francistes. Cinq maquisards furent tués parmi lesquels René Goussot qui décéda à 10h30 au hameau de Chassagne.
L’acte de décès fut dressé le 16 février sur la déclaration de Jean-Marie Francout, 68 ans, garde champêtre domicilié au hameau de Chassagne.
Il obtint la mention « Mort pour la France », et fut homologué aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts et le monument commémoratif, à Moux-en-Morvan (Nièvre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235238, notice GOUSSOT René par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 décembre 2020, dernière modification le 12 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD AC 21 P 198731 et GR 16 P 265949 (nc).— Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément