GARCIN Jean, Marius

Par Jean-Marie Guillon

Né le 6 mars 1896 à Arles (Bouches-du-Rhône), mort le 5 octobre 1976 à Arles ; mécanicien et enseignant ; militant socialiste et laïque.

Fils de Martin Garcin et de Marie Cottin, ce mécanicien célibataire était un militant laïque d’Arles. D’après le commissaire de police de la ville du 25 janvier 1943, Jean Garcin participait depuis 1923 aux bureaux des réunions de la Ligue des Droits de l’Homme et de la Libre Pensée. Rédacteur à l’hebdomadaire socialiste L’Avant garde laïque depuis 1927, il avait fondé l’Association des jeunesses laïques dont il était le secrétaire général en 1932 pour exploiter un cinéma éducatif, œuvre prospère qui passait un film par jour à destination de tout public. Cet engagement lui aurait permis de devenir professeur à l’école départementale des métiers Louis Pasquet. La police le considérait comme un sympathisant communiste. Il aurait manifesté le 13 septembre 1932 aux côtés des communistes contre les manœuvres aériennes et il aurait fait défiler la jeunesse laïque avec fanions rouges et poings levés en 1938 lors de l’enterrement d’un milicien espagnol. Il fut révoqué de son poste d’enseignant fin 1940. Le préfet prit un arrêté d’internement administratif à Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) le 29 janvier 1943. Le sous-préfet d’Arles nommé par les autorités de Vichy, l’écrivain Jean des Vallières, l’aurait souhaité bien avant puisqu’il considérait qu’il « empoisonn[ait] la jeunesse d’Arles depuis dix-huit ans par son action antinationale, antimilitariste » (7 décembre 1940) et considérait que son internement « serait la mesure exemplaire qui mettrait fin à une agitation grandissante » (2 janvier 1941). Le commissaire principal du camp de Saint-Sulpice le jugeait comme meneur aux « idées politiques très avancées », mais n’en donnait pas moins, le 6 mars 1944, un avis favorable à sa libération. On ne sait si, dans le contexte du moment, cet avis fut suivi d’effet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235322, notice GARCIN Jean, Marius par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 13 décembre 2020, dernière modification le 28 juillet 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône 5 W 186. — Nicolas Koukas, La Résistance à Arles 1940-1944, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, maîtrise d’histoire, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément