DUSSARTHOU Camille, Marie, Raymond, Joseph

Par Gilles Morin

Né le 4 décembre 1907 à Bayonne (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 27 octobre 1965 ; médecin ; élu socialiste des Landes ; maire de Saint-Paul-les-Dax (1945-1965) ; conseiller général de Dax (1961-1965), vice-président du conseil général ; député (1962-1965).

Fils d’un militaire (capitaine) et d’une femme au foyer, Dussarthou fréquenta l’école des frères à Tarbes, puis le collège de Montauban, enfin la faculté de médecine de Toulouse. Il fut certifié d’études supérieures médicales d’éducation physique et d’études supérieures de Sciences naturelles. Il se maria le 16 juillet 1935 à Marthe Barrère, née le 16 décembre 1914. Ils eurent un fils. Externe des hôpitaux de Paris, diplômé de médecine légale et de psychiatrie, il exerça de 1936 à 1962 comme médecin généraliste à Saint-Paul de Dax mais aussi comme médecin légiste près le tribunal de Dax à partir de 1940. Il fut médecin des administrations publiques puis comme curiste, chef de la station thermale militaire de Dax en 1956.
Combattant de la guerre 1939-1945, comme médecin-lieutenant, Dussarthou fut interné peu avant la Libération par les Allemands en raison de son activité résistante.
Vice président du syndicat départemental des médecins et membre du conseil de l’Ordre des médecins en 1945, il présidait la Fédération départementale des Combattants républicains et était président départemental de l’Association des parents d’élèves de l’école laïque en 1962. Maire de Saint-Paul-les-Dax en 1945-1965, il appartint au bureau de la fédération socialiste ou à la commission exécutive fédérale, de 1945 à 1962.
Conseiller général SFIO de Dax, il avait été élu à une cantonale partielle après la mort du sortant radical-indépendant, le sénateur Eugène Millies-Lacroix, les 12 et 19 mars 1961. Au premier tour, il rassembla 4 283 suffrages, soit 36,3 % et l’emporta au second tour, à la surprise des autorités préfectorales du fait d’une coalition de tous les partis contre le député-maire UNR de Dax, M. Moras (avec 7 256 suffrages, contre 5 895). Il fut réélu le 4 juin 1961, au premier tour, avec 6 831 voix (52,4 % des exprimés). Il fut désigné vice-président du conseil général.
Déjà candidat SFIO aux élections législatives de 1951 et 1956 (en troisième position, derrière Lamarque-Cando et David qui furent élus), il se présenta en 1958 dans la deuxième circonscription (Dax). Il obtint 13 560 suffrages sur 49 546 exprimés au premier tour et 15 447 au deuxième tour sur 49 728 exprimés. Il avait encore sollicité la candidature des militants pour les sénatoriales de 1955. Dussarthou l’emporta aux élections législatives en octobre 1962 dans la 2e circonscription de Dax. Élu député le 25 novembre 1962, avec une faible avance sur son concurrent (24 776 voix contre 23 868 sur 64 986 inscrits), il bénéficia d’une entente socialistes-radicaux. Mais, atteint d’une congestion cérébrale quelques jours avant son élection à la députation en 1962, il ne pouvait plus assumer à partir de février 1963 sa fonction législative.
Il décéda le 27 octobre 1965 à son domicile, après une longue maladie.
Dussarthou fut décoré de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre 1939-1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23536, notice DUSSARTHOU Camille, Marie, Raymond, Joseph par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 10 février 2021.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/7/15539/A, dos. 21221 ; F/1cII/118/B, 218, 311, 553, 562, 568, 703, 720 ; CAC, 19830172, art. 169. — Arch. de l’Assemblée nationale, dossier personnel. — Arch. OURS, dossiers Landes. — Rapports des congrès de la SFIO, 1944-67. — Profession de foi, élections législatives 1956.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément