PLISSON François Eugène

Par Gauthier Langlois

Né le 4 fructidor an XI (22 août 1803) à Niort (Deux-Sèvres) ; voyageur de commerce, veuf avec un enfant, opposant au coup d’État du 2 décembre 1851 exilé à Jersey.

Fils de Guillaume Plisson, tanneur et de Thérèse Coumeau, marié à Niort le 24 avril 1827 avec Élisabeth Virginie Geneviève Leguay, propriétaire. À la naissance de leur fille Élisabeth Léonie Geneviève, le 9 février 1828, le couple résidait place de la Vieille Préfecture.

Il fut condamné par la Commission mixte des Deux-Sèvres à l’éloignement momentané, motivé par le commentaire suivant : « Attendu que Plisson s’est montré avec une exaltation particulière dans les rassemblements de l’hôtel de ville, le 3 décembre, et y a tenu les propos les plus menaçants ;
Attendu que dans les groupes il répétait qu’on avait porté les poudres à la caserne et qu’avec une pompe et du vitriol ils y mettraient facilement le feu ;
Que ses habitudes de café et son affiliation à toutes les menées de la démagogie en font un homme dangereux ;
Plisson François est désigné pour être éloigné momentanément du territoire. »

Avec son compatriote niortais Jacques Ribreau, il choisit de s’exiler à Jersey dans la ville de Saint-Hélier. Il fit sa soumission et, sur recommandation du consul de France, bénéficia le 13 mars 1853, d’une grâce accordée par le chef de l’État.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235375, notice PLISSON François Eugène par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 30 décembre 2020, dernière modification le 30 décembre 2020.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : Archives des Deux-Sèvres, Acte de naissance, Acte de mariage. — Archives nationales, F/7/*/2593 (liste générale), BB/30/476 et BB/22/165/1 (dossiers de grâce), BB/30/402 (Département des Deux-Sèvres. État des affaires sur lesquelles la Commission départementale a statué d’une manière définitive). — Le journal d’Adèle Hugo : 1853, Paris : Lettres modernes : Minard, 1968, p. 482. — Robert Sinsoilliez, Marie-Louise Sinsoilliez, Victor Hugo et les proscrits de Jersey, Ancre de marine, 2008, p. 94 et 115. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, « Plisson - François Eugène », Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013. — Consulté en vain : table décennale des décès Niort 1853-1892.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément