GURFINKIEL Maurice, aussi connu comme GURFINKEL ou GURFINKIEL Maurice, Moszek [Pseudonyme dans la Résistance : PINEL Jean, BUISSON André]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 22 juin 1922 à Siedlice (Pologne), mort en service commandé le 22 août 1944 à Grenoble (Isère) ; tailleur ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur

Plaque, 45 rue de la Réunion, Paris XXe arr.
Plaque, 45 rue de la Réunion, Paris XXe arr.
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

L’orthographe choisie, Gurfinkiel, est celle utilisée par Dora Lessman, soeur de Maurice, dans la feuille de témoignage qu’elle déposa au Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem (Israël) pour sa mère.
Juif polonais, Maurice Gurfinkiel était le fils de Wolf et de Ryfka Pomeranz.
Quelques temps après sa naissance, la famille émigra en France et s’installa à Paris (Seine, aujourd’hui Paris).
Elle habitait 45 rue de la Réunion dans le XXe arrondissement.
Après l’école élémentaire, Maurice Gurfinkiel apprit le métier de tailleur pour dames.
Après l’armistice de 1940, la famille Gurfinkiel se dispersa et Maurice partit pour Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).
En 1942, Wolf Gurfinkiel fut arrêté et interné dans un camp en France.
Restée seule, Ryfka Gurfinkiel fut arrêtée lors de la rafle du « Vél-d’hiv », internée à Drancy puis déportée à Auschwitz par le convoi n°12. Elle ne revint pas.
Courant 1942, il vit arriver à Aix-en-Provence ses deux sœurs accompagnées d’un de ses camarades d’école et ami, Joseph Halaunbrenner.
Début 1943 Maurice Gurfinkiel et Joseph Halaunbrenner partirent pour la région lyonnaise et entrèrent dans la clandestinité.
En juillet ou août 1943, ils entrèrent au Bataillon F.T.P.-M.O.I. Carmagnole. Maurice Gurfinkiel reçut le matricule 94073.
Il participa, avec ses camarades du groupe "Roman" à de nombreuses actions et notamment l’attaque à la grenade du tramway de la ligne 24 Avenue Lacassagne à Lyon (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon), le 12 octobre 1943.
Il fut arrêté par la Gestapo quelques jours plus tard, en même temps que Joseph Halaunbrenner.
Emprisonnés à la prison de Montluc, les deux hommes étaient interrogés et torturés à l’école de santé militaire, Avenue Berthelot, siège lyonnais de la Gestapo.
Le 21 octobre 1943, lors d’un transfert de retour vers la prison, l’attaque d’un groupe franc des M.U.R. destiné à libérer Raymond Aubrac leur permit de recouvrer la liberté.
Le 24 octobre 1943, après une opération de police de la Gestapo à Villeurbanne (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon) où ils étaient cachés par des combattants F.T.P.-M.O.I., les deux hommes furent séparés.
Joseph Halaunbrenner, blessé, fut capturé par les Allemands. Il disparut jusqu’au 8 janvier 1944 où un acte de décès fut établi.
Maurice Gurfinkiel fut envoyé au détachement "Liberté" à Grenoble (Isère) où il participa à de nombreuses actions. On lui confia la responsabilité d’adjoint, puis de chef de détachement.
Les circonstances de sa mort ne sont pas exactement connues mais il semble avéré que c’est parce que ses meurtriers trouvaient qu’il ressemblait à un milicien que le 22 août 1944, jour de la libération de Grenoble, Maurice Gurfinkiel fut mis à mort rue des Bains.
Selon les sources, cette mort est attribuée à des soldats des Forces françaises de l’Intérieur ou à la population.
L’acte de décès n° 736 fut établi le 24 août 1944 pour Jean Pinel, né le juin 1920 à Baslemont (Vosges). Il fut rectifié par un jugement du tribunal civil de Grenoble en date du 18 juillet 1945, l’attribuant à Garfinkiel Moszek.
Après avoir été enterré provisoirement à Grenoble, le corps de Maurice Gurfinkiel fut transféré dans le carré des résistants du cimetière du Père Lachaise à Paris.
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur.
Son nom figure sur une plaque apposée au 45 rue de la réunion à Paris, XXe arr. et, orthographié Gurfinkel, sur le monument commémoratif au Bataillon F.T.P-M.O.I. Carmagnole-Liberté, place Sublet à Vénissieux (Métropole de Lyon).
Le Mémorial de la Shoah à Paris et le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem (Israël) le recensent parmi les victimes de la Shoah.


Notice provisoire


Voir : Grenoble, d’octobre 1943 à août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235437, notice GURFINKIEL Maurice, aussi connu comme GURFINKEL ou GURFINKIEL Maurice, Moszek [Pseudonyme dans la Résistance : PINEL Jean, BUISSON André] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 11 décembre 2020, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Maurice GURFINKIEL
Maurice GURFINKIEL
Photo : Collection privée
Plaque, 45 rue de la Réunion, Paris XXe arr.
Plaque, 45 rue de la Réunion, Paris XXe arr.
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 406 — SHD Vincennes, GR 16 P 432667 (à consulter)— AVCC Caen, GR 16 P 243470 (à consulter) — Mémoire des hommes — Brutmann Tal, Au bureau des affaires juives Ed. La Découverte, Paris, 2006 — 39/45 Magazine, n°231, février 2006, p.12 — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément