DUTEIL Louis

Par Justinien Raymond

Né le 27 octobre 1890 à Clichy (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 27 juin 1975 à Grasse (Alpes-Maritimes) ; employé ; conseiller municipal communiste puis pupiste (PUP) de Paris.

Louis Duteil était l’aîné d’une famille de sept enfants originaire du XVe arr. de Paris. Depuis l’âge de treize ans, c’est-à-dire à partir de 1903 et jusqu’en 1925, année où il fut élu à l’Hôtel de ville de Paris et mise à part la guerre de 1914 à 1918 d’où il revint blessé et pensionné, il travailla comme employé à l’enregistrement puis, pendant dix-neuf ans dans une compagnie d’assurances.
Il appartient à la génération meurtrie par la Grande guerre et c’est elle qui, comme pour beaucoup d’autres en fit un militant. Syndiqué en 1919, au Parti socialiste en 1920, il alla avec la majorité au Parti communiste au lendemain du congrès de Tours (décembre 1920). Il participa à l’action coopérative et aux organisations de défense des locataires et des Anciens combattants, en l’espèce, l’ARAC.
Aux élections législatives de 1924, dans le 1er secteur de la Seine, il figura sur la liste du Bloc ouvrier et paysan menée par Marcel Cachin. Il recueillit 46 966 voix sur une moyenne de liste de 47 090 et ne fut pas élu. Plus heureux aux élections municipales de mai 1925, il fut élu dans le XVe arr. (quartier de Javel) par 1 943 et 2 773 voix sur 9 283 inscrits. Il fut réélu les 5 et 12 mai 1929 par 3 064 et 3 963 suffrages sur 9 594 inscrits. En 1935, il avait quitté le PC et c’est comme candidat du Parti ouvrier et paysan (POP) qu’il fut renvoyé à l’Hôtel de ville par 2 383 et 5 669 voix sur 9 309 inscrits. Administrateur du journal Ça ira, il participa à la fondation du Parti d’unité prolétarienne (PUP) et siégea à son comité central. Aux élections législatives de 1936, dans la 3e circonscription du XVe arrondissement, comme candidat d’unité ouvrière, il rassembla 1 059 voix (8,1 % des 13 095 inscrits) sur 11 816 votants, et se désista pour le candidat du PC, Michels qui fut élu.
Sa santé était devenue précaire et l’Humanité du 22 mai 1935 avait écrit : « nous avons reçu hier la nouvelle inattendue du décès de Duteil, conseiller municipal du quartier de Javel. » Le journal du PC poursuivait : « Duteil avait quitté le Parti communiste au moment de la première dissidence "pupiste", à l’occasion des mesures prises contre les conseillers qui s’étaient rendus à Budapest dans des conditions indéfendables, mesures dont la brusquerie incomba notamment à Rolland, aujourd’hui hors de notre parti, mais facilita un "départ" désiré par certains des dissidents eux-mêmes. » L’Humanité du lendemain rectifia : « la nouvelle de la mort de Duteil était fausse... ; malade, il est seulement parti en province pour se soigner. »
Le gouvernement de Vichy maintint Duteil au conseil municipal jusqu’en 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23549, notice DUTEIL Louis par Justinien Raymond, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 20 février 2016.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Dép. Seine. D 3 M2 n° 3. — L’Humanité, 23 mai 1924, 22 avril 1925, 28 avril 1929, 22 et 23 mai 1935. — Le Temps, 13 mai 1924. — G. Lachapelle, Les Élections législatives de 1936, op. cit. — Le Conseil municipal : nos édiles, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément