DOISNÉ Jean, Théodore

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 22 novembre 1925 à Guérigny (Nièvre), mort en action le 10 juillet 1944 à Montaron (Nièvre) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Jean Doisné entra dans la Résistance au maquis de Fours-Montaron, issu de Libération-Nord (Nièvre).
Le maquis de Fours-Montaron fut attaqué suite à une dénonciation, le 10 juillet 1944 à 5h30 par environ 1000 soldats allemands qui encerclèrent la ferme de Corcelles servant de cantonnement aux maquisards et décimèrent le maquis. Il y eut 23 tués au combat ou exécutés parmi les résistants ainsi que plusieurs civils pris en otage. Les fermes de Corcelles, Chevannes et Saint-Firmin, où étaient installés les maquisards, furent détruites.
Jean Doisné était parmi les tués au combat.
Il fut homologué comme soldat des Forces française de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur les plaques commémoratives dans le hall d’entrée du Lycée Carnot, à Dijon, sur les monuments commémoratifs, à Larochemillay et Montaron et sur le monument aux morts, à Montambert (Nièvre).

Montaron (Nièvre), ferme de Corcelles 10 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235524, notice DOISNÉ Jean, Théodore par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 décembre 2020, dernière modification le 15 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD AVCC Caen AC 21 P 121896 et Vincennes GR 16 P 188030 (non consultés).— Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Le journal du Centre En souvenir des 10 et 11 juillet 1944, article du 11 juillet 2018.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément