WIRTHEIMER Seiwl ou Sémil

Par Michel Aguettaz

Né le 1er mai 1889 à Czechow (Pologne), exécuté au stand de tir des Charmettes à Chambéry (Savoie), le 21 août 1944 ; victime civile d’origine juive.

Semil Wirtheimer était né dans l’ouest de la Pologne actuelle, dans le district de Gorzow. Pendant la guerre, il habitait à Chambéry (Savoie) avec sa femme. Le couple venu de Belgique (Anvers vraisemblablement) s’y était réfugié pour échapper aux persécutions antisémites et vivait sous le nom de Wouters. Leur fils, le docteur Charles Wirtheimer s’était également réfugié à Chambéry et travaillait à la clinique Cléret. Tous deux furent arrêtés et incarcérés à la prison de la caserne Curiale.
Le 21 août 1944, à la veille de la libération de la ville, ils furent transportés avec 16 autres prisonniers jusqu’au stand de tir des Charmettes où ils furent exécutés.
Henri Wirtheimer réchappa par miracle au mitraillage et parvint à s’échapper du stand de tir malgré de graves blessures. Pris en charge par des riverains, il fut transporté à la clinique Cléret où ses collègues l’opérèrent clandestinement. C’est grâce à son témoignage que l’on connaît le déroulement de ce massacre.

Une plaque commémorative a été apposée en leur mémoire contre le mur extérieur du stand de tir des Charmettes - "Ici sont tombés 17 patriotes fusillés par les allemands le 21 août 1944". Le prénom de Wirtheimer y est écrit Seiwl.

Chambéry (Savoie), 21 août 1944 : stand de tir des Charmettes

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235743, notice WIRTHEIMER Seiwl ou Sémil par Michel Aguettaz, version mise en ligne le 17 décembre 2020, dernière modification le 10 janvier 2021.

Par Michel Aguettaz

SOURCES : Arch. Dép. Savoie 961W 31.— Mémorial Genweb.— Site Yad Vashem indique Seiwl né en 1889 à Anvers et Émil né en 1889 à Czechow (Pologne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément