CLÉMENT Maurice alias Jacky dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 18 septembre 1917 à Saint-Héand (Loire), mort le 6 avril 1975 à Mulhouse (Haut-Rhin) ; agent de police ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) dans la Loire, le Puy-de-Dôme et l’Allier, interné.

Fils de Jean-Marie et de Jeanne, née Ollagnier, Maurice Clément était célibataire au moment de l’Occupation.
Il fit son service militaire au 23ème Régiment d’artillerie de Montagne à Grenoble d’octobre 1936 à octobre 1938, rappelé en mars 1939, libéré en août 1940.

Il intégra les services de Police à Saint-Étienne (Loire) du 1er juillet 1941 au 29 septembre 1941. Il fut arrêté et emprisonné à compter de cette date pour activité anti-nationale jusqu’au 30 septembre 1943. Il fut condamné à 5 ans de travaux forcés par la section spéciale du tribunal militaire de Clermont-Ferrand le 3 novembre 1941. Il fut incarcéré à Clermont-Ferrand puis à la prison de Bellevue, à Saint-Étienne. Il fit partie des 32 détenus politiques qui purent s’évader de la prison la nuit du 25 au 26 septembre 1943.
Il rejoignit la clandestinité et les FTP jusqu’au 1er mai 1944 date d’une nouvelle arrestation. Le 1er octobre 1943 il fut contacté par un dénommé Jean, chef régional militaire des FTP, probablement Victor Joannès. Clément, alias Jacky, a été nommé le 1er novembre 1943 responsable du camp des Planchy (Loire) par Frédéric Sauvignet, alias Henri, des Milices patriotiques de Saint-Étienne. Il a ensuite été nommé le 1er janvier 1944 lieutenant, commandant de la Compagnie FTP de Riom (Puy-de-Dôme, par le Comité militaire FTP du Puy-de-Dôme. Le 1er mars 1944, il a été nommé capitaine, responsable militaire du département de l’Allier par le Comité militaire interdépartemental FTPF de l’Inter A. Il prit à partir de ce 1er mars le pseudo de Lavial (?). Les FTP de Commentry prenaient leurs instructions auprès de lui.
Il fut arrêté par le SD à Montluçon (Allier), le 1er mai 1944, incarcéré à Montluçon, Vichy puis Moulins avant de s’enfuir le 29 août avec 8 autres camarades avec lesquels il avait percé le mur de la prison. Il fut nommé sergent à compter du 1er septembre 1944 et intégra les FFI jusqu’à la date du 30 novembre 1944 où il fut démobilisé.

Il fit en 1946 une demande pour obtenir la carte de Combattant volontaire de la résistance (CVR). On ignore quel avis fut donné à cette demande. Il a reçu la carte de Déporté-interné de la résistance (DIR).

On ignore ce qu’est devenu Maurice Clément après-guerre. Il déclara habiter Villa des Fleurs, avenue de la Gare, à Royat (Puy-de-Dôme) en 1946 mais la mairie ne parvint pas à l’identifier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235747, notice CLÉMENT Maurice alias Jacky dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 17 décembre 2020, dernière modification le 17 décembre 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : Ach. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 4752, dossier demande de la carte de combattant volontaire de la Résistance pour Maurice Clément. — SHD Vincennes, GR 19P Historique du camp Müller-Chancot. — SHD Vincennes, GR 16 P 133214, dossier résistant de Maurice Clément (nc). — État-civil INSEE.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément