DUTUIT Paul [DUTUIT Auguste, Paul]

Par Jacques Girault

Né le 23 décembre 1908 à Rambervillers (Vosges), mort le 5 avril 1984 à La Garde (Var) ; instituteur au Maroc ; militant syndicaliste.

Fils d’un ouvrier cartonnier, Paul Dutuit devint instituteur au Maroc à partir de 1931. Il se maria en juillet 1934 à Pantin (Seine).

Après la Seconde Guerre mondiale, Dutuit, qui habitait Casablanca, membre du Parti communiste, participa à la vie syndicale dans le protectorat. Secrétaire général adjoint de la section marocaine du Syndicat national des instituteurs en avril 1946, il intervenait régulièrement dans la presse syndicale française exposant la situation des instituteurs au Maroc. Il participait souvent activement aux réunions des instances dirigeantes du SNI. Quand, au congrès national, fut débattue, le 23 mars 1948, la question de l’ affiliation, il se prononça pour le maintien du SNI dans la CGT.

Devenu secrétaire général de la section marocaine (avril 1948), Dutuit fut élu membre de la commission administrative nationale de la FEN-CGT au congrès de juillet 1949. Il s’en expliquait lors du congrès du SNI, le 19 juillet 1950, protestant contre l’assimilation faite en France entre CGT et PCF, expliquant qu’au Maroc, les militants de la CGT n’étaient pas communistes. Il soulignait l’adhésion des instituteurs du Maroc au comité des partisans de la Paix et souhaitait que la direction SNI les défende lors des expulsions.

Devant l’hostilité des instituteurs syndiqués du Maroc au principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, Dutuit renonça au secrétariat général de la section du SNI et redevint secrétaire-adjoint en mai 1951. Lors du congrès du SNI, le 19 juillet 1951, son intervention portait sur la répression antisyndicale au Maroc et la nécessité de combattre pour la paix. Candidat au bureau national du SNI en 11eme position sur la liste « Pour la défense de l’école laïque, de l’indépendance nationale, de la démocratie et de la paix » conduite par Clauzet*, il ne fut pas élu par le conseil national du 27 décembre 1951. Il fut à nouveau candidat en dixième position sur la liste « Pour renforcer l’unité et l’efficacité du SNI ». En décembre 1953, dans la présentation des candidats, il était indiqué comme ayant été « expulsé par mesure de répression colonialiste » du Maroc.

En effet, expulsé du Maroc après les manifestations de décembre 1952, Dutuit livra son « témoignage sur les événements du Maroc » dans une page de L’Ecole libératrice, le 30 janvier 1953. Il s’interrogeait : « Pourquoi ces méthodes fascistes, ces tueries, ce sang versé ? Espérait-on supprimer l’esprit national du peuple marocain ? Non sens ! » Faute de solution pacifique, la répression confirmait « les aspirations légitimes d’un peuple conscient de ses droits et décidé à se débarrasser du carcan de l’oppression, sous quelque forme que ce soit, d’impérialismes rivaux ou complices ». Dans le même élan, il s’employa à éclairer les militants français de la situation au Maroc (causerie au Cercle des intellectuels catholiques, article dans Le Libertaire, en février 1953). La section SNI du Maroc invita les dirigeants du SNI Denis Forestier et Henri Aigueperse ainsi que secrétaire responsable de l’Outre-mer, Adolphe Baillet. Ce dernier dans L’Ecole libératrice du 6 mars rendit compte de cette « visite ». Il constata la véracité des faits rapportés par Dutuit, mais donna l’état d’esprit de « nos camarades du Maroc » qui contestèrent « l’interprétation des faits » et « l’appréciation des événements ».

Instituteur à Nantes (Loire-Atlantique), Dutuit revint au Maroc après l’indépendance en 1956 pour diriger une école professionnelle à Casablanca dans le cadre de la coopération. Parce qu’il avait signé en 1959 un manifeste pour la paix en Algérie, le gouvernement français le rappela en France. Il préféra démissionner et devenir directeur contractuel. Retraité, il revint en France avec sa famille et s’installa à La Garde, dont la municipalité était communiste (voir Maurice Delplace).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23575, notice DUTUIT Paul [DUTUIT Auguste, Paul] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 24 octobre 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Albert Ayache, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier du Maghreb, Maroc. — Presse syndicale.— Note d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément