MORET Robert, Jean

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 8 février 1906 à Brévonnes (Aube), mort en action le 10 juillet 1944 à Vandenesse (Nièvre) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Robert Moret était le fils d’Albert Jules, manouvrier et de Rose Léa, couturière. Il se maria le 1er juillet 1933 à Luzy (Nièvre) avec Victoire Berthe Charlotte Fayolle et était domicilié à Cercy-la-Tour.
Il était militaire selon MGW et entra dans la Résistance au groupe de Fours-Montaron, issu de Libération-Nord et commandé par Antoine Lacharme avec le pseudonyme de Ben Ali.
Le 10 juillet 1944 à 5h30, les Allemands sans doute bien renseignés, encerclèrent avec un millier d’hommes la ferme de Corcelles servant de cantonnement aux maquisards qui furent surpris et déclenchèrent un feu violent faisant 19 tués parmi les résistants dont Antoine Lacharme, chef du maquis. La ferme de Corcelles et plusieurs autres furent incendiées et quatorze personnes furent arrêtés et prises en otages dont quatre résistants, Roger David, Robert Moret, Claude Nicaise, et Jean Vallet qui furent emmenés en camion le lendemain, 11 juillet, à Saint-Honoré (Nièvre). Vers 15 ou 16 h, le camion s’arrêta, face au 22, avenue Eugène-Collin. Des ordres furent donnés et les prisonniers en descendirent, les pieds enchaînés et les bras entravés par un morceau de bois.
Il y eut un simulacre d’exécution dans l’allée des Garennes, puis les quatre hommes furent exhibés dans le village, entre deux colonnes de soldats allemands en file indienne. Ils prirent ensuite l’avenue d’Espeuilles et durent monter à pied jusqu’à la vieille montagne. Dans la soirée, exténués, ils en redescendirent pour se rendre aux "Champs Blondiaux" à Vandenesse, où les Allemands leur firent penser qu’ils allaient être libérés avant de les exécuter d’une balle dans le dos.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et "Déporté et interné résistant" (DIR).
Il reçut la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 22 juin 1960 et publication au JO le 1er juillet 1960.
Son nom figure sur les monuments aux morts, à Brévonnes (Aube) et Cercy-la-Tour (Nièvre), sur les monuments commémoratifs du 10 juillet 1944, à Cercy-la-Tour et Montaron, du maquis Louis, à Larochemillay et sur le monument commémoratif 1939-1945, à Vandenesse (Nièvre).

Montaron (Nièvre), ferme de Corcelles 10 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235838, notice MORET Robert, Jean par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 20 décembre 2020, dernière modification le 14 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers AVCC Caen AC 21 P 601205 et Vincennes GR 16 P 430866 (non consultés).Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Le journal du Centre En souvenir des 10 et 11 juillet 1944, article du 11 juillet 2018.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).— acte de décès à demander.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément