MUÑOZ FERNÁNDEZ José

Par André Balent

Né le 15 août 1920 à Motril (province de Malaga, Andalousie, Espagne), mort le 19 août 1944 à Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales) ; réfugié espagnol de la guerre civile ; domicilié à Ille-sur-Têt ; « étudiant » et ouvrier agricole à Ille-sur-Têt ; inscrit sur la liste des suspects du point de vue national ; victime civile des Allemands

Arch. com. Ills-sur-Têt non classées, fiche du 427e GTE établie au nom de José Nuñoz Fernández. Document communiqué par Jérôme Parrilla (Ille-sur-Têt)

José Mu֤ñoz était un réfugié espagnol arrivé dans les Pyrénées-Orientales au moment de la Retirada. C’était un homme de « gauche » dont nous ne connaissons pas l’affiliation. Nous ignorons s’il avait été en contact avec un mouvement de Résistance français ou espagnol. Il était membre du Groupement de travailleurs étrangers (GTE) n° 427 implanté à Ille-sur-Têt. En effet, après les inondations cataclysmiques d’octobre 1940 qui dévastèrent les deux tiers des Pyrénées-Orientales, il fallut reconstruire, réparer les énormes dégâts causés par les crues gigantesques des cours d’eau roussillonnais. Les GTE récemment créés furent mis à contribution. Le GTE n°2 bientôt remplacé par les GTE 409 (à Ille, du 17 novembre 1940 au 20 janvier 1940), 412 (créé à Ille le 20 janvier 1941, à Decazeville, Aveyron, à partir de juin 1943 et 427 (GTE basé à Perpignan qui intégra les Espagnols du GTE 412 restés à Ille après juin 1943) eurent une présence à Ille et employés à la réparation des nombreux canaux d’irrigation du secteur, indispensables à l’agriculture, et à la restauration des berges de la Têt, du Boulès son affluent, et du Gimenell, sous-affluent.
José Muñoz finit par s’établir à Ille. Il fut enregistré au GTE 427 avec les professions d’« étudiant » et d’ « agriculteur ». Son père résidait à Grenoble (Isère), 26 rue de la Mutualité. Sa fiche d’identité du GTE portait la mention : « Inapte Todt ». Il travailla de fait comme ouvrier agricole chez plusieurs agriculteurs d’Ille, Firmin Carrère puis Justin Traby.
Le 19 août 1944, la quasi-totalité des Pyrénées-Orientales furent libérées. L’ordre de repli des troupes allemandes vers la vallée du Rhône fut donné après le succès du débarquement allié en Provence le 15 août. Les effectifs allemands du Conflent empruntèrent alors la RN 116 pour gagner Perpignan et des environs afin de former un Marschgruppeafin de gagner la vallée du Rhône par le Bas Languedoc. Alors qu’ils traversaient Ille, les Allemands tirèrent des rafales d’armes automatiques dans l’avenue Pasteur et les rues perpendiculaires. La majorité des personnes présentes s’enfuirent. Un homme, M. Siné, fut blessé. José Muñoz était installé à la terrasse d’un café. Ne s’étant pas mis, volontairement, à l’abri, il périt, victime de tirs d’armes automatiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235842, notice MUÑOZ FERNÁNDEZ José par André Balent, version mise en ligne le 20 décembre 2020, dernière modification le 2 janvier 2021.

Par André Balent

Arch. com. Ills-sur-Têt non classées, fiche du 427e GTE établie au nom de José Nuñoz Fernández. Document communiqué par Jérôme Parrilla (Ille-sur-Têt)

SOURCES : Arch. com. Ille-sur-Têt non classées, fiche d’identité du GTE 427 établie au nom de José Muñoz Fernández, communiquée (2018) par Jérôme Parilla, adjoint au maire d’Ille-sur-Têt (2020). — Dominique Benoit, La commune d’Ille-sur-Têt confrontée aux événements d’une période tourmentée (1935-1945) Ille-sur-Têt, Éditions Paraules, 2020, 33 p. [p. 275].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément