REISS Jean, Jacques, Louis

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 avril 1920 à Paris (XVIe arr.), mort par accident le 25 septembre 1944 à Cercy-la-Tour (Nièvre) ; résistant

Jean Reiss était le fils de Henri Adolphe, âgé de 41 ans, maître d’hôtel et de Jeanne Monceau, âgée de 30 ans, femme de chambre.
Il était célibataire et entra dans la Résistance au maquis de La Machine (Nièvre).
Il est mort accidentellement en service le 25 septembre 1944 à Cercy-la-Tour (Nièvre).
Selon les Chroniques de l’Hermitière - Abbé Gehan - 17 juillet 1943, relatées sur Genweb
"La gestapo était manifestement mal informée, recherchant en premier chef mon frère et moi, ainsi que pour des raisons obscures, Jean Reiss. Tout le monde ainsi que le personnel, était gardé à vue et interrogé, sans parvenir à connaître l’emplacement du dépôt - La chance voulut que Jean Reiss, particulièrement maltraité, réussisse avant de parler à sauter par une fenêtre et gagner miraculeusement les bois sans être repris. Hébergé dans le voisinage pendant quelque temps, il gagnait son pays d’origine et y était tué avant d’être libéré, au Maquis de la Machine (Nièvre)" - G de Courson
Il obtint la mention « Mort pour la France », dossier SHD Caen AC 21 P 140759.
Son nom figure sur le monument aux morts, à L’Hermitière (Orne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235855, notice REISS Jean, Jacques, Louis par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 21 décembre 2020, dernière modification le 7 janvier 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (Acte naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément