AUBERT Marcel

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 décembre 1922 à Paris (XIe arr.), mort en action le 3 décembre 1944 à Xonrupt (Vosges) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Marcel Aubert était le fils de Raymond Henri, employé et de Louise Rolland, sténo dactylographe. Il était célibataire et entra dans la Résistance au maquis de la forêt de Chaux. Il devint officier du 1er Groupe de l’escadron du Jura.
Il fut tué à l’ennemi lors de la prise du Honeck par le 1er groupe d’escadrons du Jura commandé par le capitaine Pïerre Patoor le 3 décembre 1944, à Xonrupt (Vosges).
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 30 mars 1948 et fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dossiers GR 16 P 20809 et AC 21 P 9988 (non consultés).
Son nom figure sur le monument aux morts et la plaque de l’église Saint-Bénigne, à Arc-et-Senans, sur le monument de la Libération, à Besançon (Doubs), sur le monument aux morts, à Orly (Val-de-Marne) et sur la plaque commémorative du 1er groupe d’escadrons du Jura, à La Bresse (Vosges).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235914, notice AUBERT Marcel par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 décembre 2020, dernière modification le 12 janvier 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (Acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément